Wednesday, July 15, 2020
Nous devons ce très sympathique festival à  l'association du même nom, née en 1999 sous l'impulsion de quatre passionnés de Bande dessinée. Elle a pour objectif de faire connaître le neuvième art à  un large public. Plus d'une vingtaine de personnes avaient été mobilisées pour réussir cette VIIe édition.
 

Le public était au rendez-vous. Et Bécassine a 100 ans !
BDPetites femmes.jpg

Direction la salle Jean Dasté où une trentaine d'auteurs, coloristes, illustrateurs... ont rendez-vous avec leur public dans une ambiance sympathique et festive (buvette de proximité). Cette année, l'invité d'honneur du festival est Pierre Séron, créateur de la série Les petits hommes, Les centaures, La famille Martin et Les petites femmes exposées dans le festival off. Petites femmes mais grand appétit, et bonne santé, les coquines ! Mais la reine des sommeils, quand l'orage sévit dans les plaines, c'est bien toi ô Druuna...

Sinon, il y a aussi Bécassine, plus sage, dont une expo retrace l'aventure, depuis sa naissance, sous la plume de Pinchon, en 1885, à  Clocher-les-bécasses (Finistère sud) un jour que des oiseaux sauvages volaient dans le ciel. Fille de Conan et Yvonne, la Bretonne est la première héroine de BD. Montée à  Paris comme des milliers d'autres, elle représente le prototype des servantes bretonnes naives et dévouées (au grand désespoir des nationalistes bretons ) débarquées à  Montparnasse pour louer leur force de travail aux Parigots. Dévouée (elle a combattu sur le front en 14-18) mais jamais servile, Bretonne toujours elle reste et garde, dans un coin de son cerveau, l'antique cri de guerre armoricain « Casse-lui la tête ! » Qu'elle ne peut pas brailler d'ailleurs puisqu'elle n'a pas de bouche ! Françoise Dolto a vu en elle une pédagogue avant l'heure, la première à  prodiguer des méthodes d'éducation révolutionnaires en considérant la petite Loulotte (dans Bécassine nourice) comme une personne en devenir et non comme un « tube digestif ». Contestataire aussi la Bécassine qui lutte pour la condition féminine. Sacrée elle !
La main de Félix Molinari invente le curtiss P 40 des Tigres volants

curtiss.jpg
La carrière de Pierre Tranchand dit Pica (invité d'honneur en 2001) est aussi retracée. Nous en disons un mot puisqu'il a le bon goût d'être né Stéphanois en 1953. Diplômé en architecture en 1977, il dessina les Profs en 78 et a publié plus de 3700 pages dans de nombreux magazines : Pif, Tintin, Circus... En janvier 2001, il reçut à  Angoulême le prix Alph-Art Jeunesse (Alph-Art, du nom du dernier album, inachevé, des Aventures de Tintin, d'Hergé) pour son album des Profs: « Interro surprise ». Pour l'anecdote, il est aussi le créateur des « Gums », personnages légumineux de l'enseigne des cafétérias Casino.
 
De 7 à  77 ans

Les enfants sont studieux, le concours est lancé... Parmi eux, le futur Hergé ?
Philippe Brocard, auteur de la série J'apprends la BD

dess.jpg

Parmi les autres auteurs présents cette année citons en vrac :

Félix Molinari, à  qui l'on doit la série des Survivants de l'Atlantique, une saga maritime au temps des coureurs des mers, mais aussi, cette fois dans les airs, les Tigres volants. Cette série dont le thème et le dessin rappellent un peu Les aventures de Buck Dany retrace l'épopée des 80 pilotes de chasse américains qui combattirent en Chine contre les Japonais à  la fin des années 30, aux commandes de leurs chasseurs « à  gueule de requin ».
dessdx.jpg

Olivier Ferra, auteur de Où la neige ne fond jamais, saga tibétaine préfacée par l'Océan de sagesse en personne. Le caricaturiste (très consensuel à  notre avis), Laurent Deloire et son Aux larmes citoyens ! Nicolas Otero, dessinateur de Amerikkka, une plongée décoiffante dans l'univers du Ku Klux Klan. Michel Rodrigue et Pierre Aucaigne qui ont repris le flambeau de Cubitus.
 

 
Dédicace de P. Larme, auteur des Pères Noël

Notre petite sélection très personnelle

Les Phalanges de l'Ordre Noir par Enki Bilal et Pierre Christin, 1979, les Humanoides Associés
Dans les années 70, un escadron de la mort baptisé « Phalanges de l'Ordre Noir » investit un petit village d'Aragon et extermine tous les habitants qui ont élu un maire communiste. Jefferson B. Pritchard, un journaliste anglais, ne met pas longtemps à  comprendre qui sont les assassins. Pendant la guerre d'Espagne, quand toute l'Europe s'était donnée rendez-vous pour en découdre, le village avait été le théâtre de terribles combats entre Républicains et Franquistes. Pritchard réunit alors ses anciens camarades des Brigades Internationales pour achever une guerre débutée il y a 40 ans...
Une BD « politique », noire, presque glauque, mélancolique et violente. Une histoire passionnante malgré un scénario épuré, qui raconte la fin de vieillards qui s'exterminent en souvenir d'engagements oubliés de tous.
 

Druuna par Paolo Eleuteri Serpieri, 1985, Dargaud puis Bagheera
Quelque part sur une planète qui n'en est pas une, dans un dédale de béton et d'acier, sévit un mal horrible qui ronge l'humanité et la transforme en une bouillie mutante. Les survivants sont soumis à  un système totalitaire qui distribue avec parcimonie un sérum secret. Dans cet enfer, la belle Druuna est la pute sacrée, qui recherche, entre une émasculation et un viol, une énucléation et un autre viol, sans cesse le sérum qui seul peut soulager son amant Schastar.

Culte.


Les pionniers du Nouveau Monde par J.F Charles, 1986, Glénat
1755, Benjamin Graindal fuit la vieille Europe et débarque en « Neuve France ». Il découvre les forêts canadiennes, la vie des coureurs de bois et les tribus indiennes. Il découvre aussi la lutte sans merci que se livrent les Tuniques rouges anglaises et les soldats au lys de France pour la possession de ces territoires immenses.
Six albums superbes retracent les aventures de Benjamin et ses compagnons, ballotés par le vent de l'Histoire, jusqu'à  la chute de Québec. Les personnages sont attachants, le scénario est solide et extrêmement bien documenté. Les passionnés d'Histoire retrouveront tous les grands noms et faits de l'histoire canadienne : Montcalm, Wolfe, Vaudreuil, la déportation des Acadiens... Si Fenimore Cooper avait dessiné, il aurait pu signer Les pionniers du Nouveau Monde. Epique !
Les idées noires de Franquin
Créées en 1977 pour le supplément autonome du journal Spirou, Les idées noires de Franquin n'ont jamais été égalées. "Quand je lis une idée noire de Franquin et que j'éteins la lumière, l'obscurité qui suit est encore de Franquin", disait Sacha Guitry.
franquin.jpg
.
bdmyrrdin.jpg

Arthur, une épopée celtique par Chauvel, Lereculey et Simon, 1999, Delcourt
Les albums de cette série retracent le cycle arthurien dit primitif, c'est à  dire paien, antérieur aux récits courtois et chrétiens du Moyen Age. Il s'appuie donc en grande partie sur les récits gallois. Ainsi Merlin se nomme Myrrdin, Perceval est Peredur, Morgane est Morgwen, etc.

 
L' Astrée, adaptation de Louis Bouchet et Patrick Ballet, 2002, édité par la Communauté de Communes du Pays d'Astrée.
 Excellente idée que cette bande dessinée qui réveille le souvenir du roman pastoral d'Honoré d'Urfé. Les dessins sont un peu naifs mais permettront à  chacun de suivre les pérégrinations de nos deux amoureux, Céladon et Astrée, à  travers l'Arcadie forézienne jusque vers la fontaine de la Vérité d'Amour.