Tuesday, July 14, 2020
armvillemsc.jpgLa 19ème édition d’Armeville a ouverte ses portes le samedi 22 avril 2006. La chasse (1 500 000 pratiquants en France) occupe comme de coutume une grande part du salon. Mais Armeville, qui avait cessé en 1999 avant de revenir en 2005, c’est aussi le salon du tir sportif et de loisir, une spécificité unique en France, en même temps qu’un salon de la coutellerie, de l’archerie et des armes anciennes.

Le Musée d'Art Moderne de Saint-Etienne a soufflé ses vingt bougies fin 2007. Pour fêter ses deux décennies d'existence, il proposait une grande exposition de ses collections.  Avec ce petit article, nous abordons brièvement son histoire en l'illustrant avec des photos de l'exposition anniversaire.

Fin 2004, l'Hôpital psychiatrique de Saint-Jean-Bonnefonds déménageait vers le CHU de Saint-Etienne " dans des bâtiments neufs pour une psychiatrie moderne ". Mais il faudra encore beaucoup d'eau sous les ponts pour que le nom de la commune ne soit plus immanquablement lié aux fous. Il avait ouvert ses portes en octobre 1971, près de 140 ans après la loi Esquirol qui obligeait chaque département français à  avoir son propre Hôpital Psy !

Pour fixer une mémoire des trente-trois années d'existence de ce "village", avec ses 38 000 mètres carrés de bâti, dans un parc de 30 hectares avec pavillons, chapelle, amphithéâtre, gymnase, salle de spectacle.... Mourad Haraigue et Jean-Claude Paillasson avaient réalisé une série d'entretiens avec une partie du personnel. Ils ont monté sur les lieux l'expo "Dites 33", une mise en scène graphique, visuelle et sonore avec la collaboration de musiciens, plasticiens et vidéastes. En 2006, le spectacle "Ile noire", d'après le texte de Jean-Claude Paillasson, s'inspirait encore de ce matériau étonnant. Réunissant des artistes de différentes disciplines pour interroger notre relation à  la folie, il traitait de l'isolement mais dépassait aussi l'histoire de Saint-Jean en abordant sur les rivages de l'utopie et revisitait le mythe pirate de "Libertalia". "Invisiblement", présenté en juin 2007, fut le troisième volet de ce travail. Des images, des sons, perceptions d'une situation contemporaine en marge de nos vies, de notre ville.

Reporter-photographe (1893-1969)

En 2003, les Archives Municipales de Saint-Etienne ont présenté au public une centaine de clichés parmi les 12 000 que contient le fonds Léon Leponce. De cette exposition, un catalogue-souvenir, sorte d'album de famille des Foréziens et des Stéphanois, a été imprimé. En 2005, ce sont une trentaine de ses clichés qui furent à  nouveau présentés aux Stéphanois au Club de la Presse.