Le Parlement européen vient d'adopter une déclaration écrite qui vise à alerter la Commission Européenne et les Etats membres sur la reconnaissance de la maladie d'Alzheimer comme un priorité de santé publique. Françoise Grossetête, Présidente de l'Alliance européenne contre la maladie d'Alzheimer, demande l'élaboration d'un plan d'action européen afin de promouvoir la recherche paneuropéenne sur les causes, la prévention et le traitement de cette maladie, améliorer le diagnostic précoce, simplifier les démarches administratives et promouvoir le rôle des associations Alzheimer.

Dans un communiqué elle écrit que "le même défi se pose à tous les Etats membres de l’Union européenne sur des questions comme la recherche, la prévention, le parcours de soins, le développement de nouveaux métiers, la prise en charge des patients et le soutien aux aidants pour faire face à ce fléau."  Ce sont les actions qui animent en France le plan Alzheimer 2008-2012, doté de 1,6 milliard d’euros sur 5 ans. "Il est encourageant de constater que le Plan Alzheimer français voulu par Nicolas Sarkozy puisse se décliner au niveau européen" , souligne le député européen (UMP) .

A partir de 85 ans, 1 femme sur 4 et 1 homme sur 5 sont touchés en Europe par la maladie.

> Toute l'actu politique