Thursday, July 02, 2020

Alain Berthéas, 61 ans, président de la communauté d'agglomération Loire Forez, chef d'entreprise (Sigvaris), conseiller municipal de Saint-Just-Saint-Rambert et président du Parti radical de la Loire, a dévoilé à Saint-Etienne, ce jour, la liste – soutenue par La République en Marche ! - qu'il emmènera aux élections sénatoriales en septembre, et qui sera soumise aux suffrage des grands électeurs.

Elle se compose de Sandrine Colombat, comptable de profession, 1ère adjointe à la mairie du Coteau et conseillère communautaire de Roannais agglomération, George Bernat, maire d'Amions et président de la communauté de communes des Vals d'Aix et Isable, Michèle Bisaccia, secrétaire de mairie et première adjointe à la mairie de Saint-Priest-en-Jarez, Brice Larcher, hydrogéologue, ex-conseiller municipal de Saint-Galmier, Sylvie Blanchon, responsable administratif et financier.

Les quatre sénateurs de la Loire actuels sont Maurice Vincent (ex-PS, aujourd'hui LREM) et Cécile Cukierman (PCF) élus sur la liste de gauche « Ensemble pour la Loire » conduite en 2011 par Jean-Claude Frécon, sénateur PS décédé en 2016 et alors remplacé par Evelyne Rivollier, membre divers gauche du même Groupe communiste républicain et citoyen que Cécile Cukierman. Et Bernard Fournier (Les Républicains).

Dans l'entre-deux-tours des Législatives a paru l'annonce de la constitution d'un nouveau groupe municipal à Saint-Etienne, se réclamant du mouvement d'Emmanuel Macron. Baptisé « Saint-Etienne en marche » il est composé (pour l'heure) de Maurice Vincent, ancien maire PS de Saint-Etienne, actuel sénateur, Florent Pigeon, Pascale Marron, et Pierre Fayol-Noireterre, qui le préside. Ils faisaient partie du groupe municipal d'opposition « Saint-Etienne, l'Avenir ensemble », à l'origine PS-PRG. Christian Soleil, référent du mouvement dans la Loire, qui se présente notamment comme un "sympathisant socialiste sans avoir jamais appartenu au PS", l'estime « prématuré ». Joint au téléphone, il explique: « L'idée de constituer un groupe municipal avant même d'avoir un projet, et, alors que le principe du mouvement est un principe d'ouverture, le constituer qu'avec des élus de même tendance politique, socialiste, n'est pas approprié. Il y a comme un objectif de prise de pouvoir, si j'ose dire. Cela rend les choses confuses... C'est dommage. Il aurait été utile d'attendre un peu car si c'est pour retrouver les anciens clivages, je trouve que cela n'a pas de sens... ».

Son communiqué (courriel):

« Lors du deuxième tour des élections législatives, les Français ont apporté une nette majorité à Emmanuel Macron. C’est une grande satisfaction, même si l’ampleur de la vague nationale qui était annoncée a été quelque peu atténuée par rapport aux prévisions. Dans la Loire, le succès est également au rendez-vous avec l’élection de 4 député(e)s sur 6 et les très bons scores de Magalie Viallon et David Kauffer. Je tiens à tous les féliciter pour leurs campagnes particulièrement dynamiques.

" Sur les six circonscriptions ligériennes, les candidat-es de Macron peuvent faire carton plein. Pourtant, avec moins de 50 % de votants et seulement 32 % au 1er tour des voix qui se sont portées sur leur candidature, la France pourrait être gouvernée de façon ultra majoritaire, avec en fait seulement 16 % des suffrages.

C'est inconcevable et témoigne qu'il est grand temps de verser dans une sixième République, où chaque électeur et électrice compte pour un. Aussi, la Fédération de la Loire du PCF appelle à soutenir, au deuxième tour Régis Juanico, qui s'est opposé frontalement à la loi El Khomri dont on n'a pas fini de parler malheureusement, et ce dans la première circonscription stéphanoise.

D'autre part, nous apportons notre soutien à la candidate de France Insoumise dans la deuxième circonscription qui est opposée à un professionnel de la politique depuis des décennies.

Il est urgent de se mobiliser."

Alain Pecel
Secrétaire de la Fédération de la Loire du PCF