Thursday, April 18, 2024

Sébastien Barthel est le conservateur de la Réserve naturelle régionale des Jasseries de Colleigne. Il nous explique de quoi il s'agit :

" Les rases sont des petits canaux créés par l'homme à l'époque où les Hautes-Chaumes étaient intensément utilisées pour l'estive et surtout la production de fourme en montagne l'été. Ils permettaient, creusés simplement dans le sol, de capter l'eau dans certains ruisseaux ou tourbières afin de l'acheminer, en suivant savamment les courbes de niveau, jusqu'aux anciennes jasseries. Il n'existe pas de date précise concernant la création de ces ouvrages mais ils sont multicentenaires, voire plus, c'est certain. Traditionnellement, l'eau était stockée dans une mare en amont du bâtiment avec plusieurs objectifs : l'alimenter en eau courante, climatiser la cave où était stocké le fromage et surtout curer l'étable des déjections des bêtes rentrées la nuit. Pour ce faire, l'eau retenue dans la bonde (réserve d'eau) était libérée d'un coup et passait dans l'étable, lavait cette partie de la jasserie et évacuait une eau fertilisante sur les parcelles avales grâce à un système de rases en peigne. Cette pratique, répétée au fil des siècles, a enrichi les parcelles sous les jasseries qui sont devenues des prairies de fauche très riches en espèces alors que les zones au-dessus des bâtiments sont restées plutôt des landes uniquement pâturées. Ceci crée un paysage assez typique."

Courant 2013, une trentaine d’élèves ont passé plusieurs jours sur le site dans le cadre d’un chantier-école. Formés la Maison familiale et rurale (MFR) de la Petite Gonthière de Anse, dans le Rhône, ces jeunes gens préparaient un bac pro de Gestion des milieux naturels et de la faune). Si aujourd'hui les jasseries ne servent plus de bâtiment d'estive agricole mais plutôt de résidence d'été, l'eau reste toujours importante sur le plateau pour abreuver les animaux et alimenter les bâtiments.

Leur travail a consisté à restaurer à la pelle mécanique une ancienne rase à sec afin d'alimenter en eau des parcelles agricoles isolées. Outre la création d'une mare d'environ 30 mètres carrés, à la pelle mécanique également, les élèves ont aussi posé des double-tressages alvéolés pour restaurer des rases en eau présentant des fuites. C'est à dire que la berge a été solidifiée et rehaussée en tressant deux rangées de plessis à partir d'essences locales résistantes au temps tels que sorbiers et saules et l'intérieur a été comblé avec des pierres et de la terre tassée, puis une couche de végétation.

Photos et visuel/dr

Lire aussi: les garolles