Saturday, December 04, 2021

A l'occasion du centenaire du Parti communiste français (fondé en décembre 1920 lors du Congrès de Tours), le Centre d'études et de documentation sur l'histoire, la culture et la mémoire du mouvement ouvrier dans la Loire (Cedmo42) va organiser l'année prochaine deux expositions et déposer son fonds d'archives aux Archives départementales.

Le Cedmo42 a été créé il y a une dizaine d'années. L'association est localisée rue Camélinat, rue où la fédération du PCF eut son siège – il est aujourd'hui rue Robespierre. Son président est Daniel Durand, ancien journaliste et dirigeant du Mouvement de la Paix. Il nous explique: « L'essentiel des archives nationales du PCF sont conservées à Bobigny, aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis. Concernant les archives du Parti au niveau des départements, les situations sont diverses. Le Cedmo42 a été fondé par quelques amis qui avaient eu des responsabilités et qui avaient la crainte que les archives de la fédération ne disparaissent. Ce sont des documents qui ont, au delà du simple aspect partisan, un intérêt historique. Après quelques dicussions, nous avons passé des conventions de dépôts avec les principales structures communistes : la fédération et les plus grosses organisations locales, les sections de Roanne, de Rive-de-Gier, Firminy... Nous avons donc récupéré leurs archives ; à charge pour nous de les trier, les répertorier, etc., afin de les mettre à disposition des chercheurs, étudiants...».

Le Cedmo42 conserve ainsi quelque 80 mètres linéaires d'archives qui constituent la grande majorité des fonds d'archives existants sur le PCF dans notre département. Ces fonds seront donc versés dans le service public. « Malheureusement, ces archives ne remontent guère plus qu'aux années 60, poursuit Daniel Durand. On a quelques archives éparses jusqu'à la guerre mais dans la clandestinité, des militants ont détruit leurs documents. Le déménagement de 1976 de Waldeck-Rousseau à Camélinat, à mon avis, a aussi entrainé beaucoup de pertes.»

Restent donc au Cedmo42, pour l'essentiel, des archives « relativement complètes » de la fédération des années 70 à 2000, un « très gros fonds d'archives de la section de Roanne dès 1945 », quelques autres archives locales, et des archives privées collectées auprès des militants. « Pas autant qu'on aurait pu, regrette-t-il. On est arrivé sans doute un peu trop tard, dix ans trop tard ».

L'association a en outre récupéré des archives de l'Union des femmes françaises, du Mouvement de la Paix, quelques publications syndicales enseignantes et des collections de publications communistes telles que l'hebdomadaire Regards sur la Loire. Sur l'Union des femmes françaises de la Loire, l'association a consacré un de ses colloques en 2015. L'occasion de mentionner des femmes remarquables dont Dora Rivière et Denise Bastide. Le nom de la première, qui semble parfois disparaître des radars en 45 parce que résistante et déportée, «Juste parmi les nations », a été donné il y a quatre ans à une école primaire de Saint-Etienne ; Denise Bastide, résistante et déportée, communiste, fut la première femme élue députée de la Loire. Mais qui s'en souvient ?

Le Cedmo42 a publié les actes de ses colloques (la bataille du charbon...) et collaboré à des événements similaires avec des structures amies : l'Institut d'histoire sociale de la CGT de la Loire et le Groupe de recherches et d'études sur les mémoires du monde ouvrier stéphanois de l'Université Jean Monnet (Gremmos), qui organisera fin janvier 2020 ses 6èmes Rencontres d'histoire ouvrière. Il a aussi donné un Petit annuaire des militants modestes du mouvement ouvrier ligérien. Avec ce petit (mais très remarquable) ouvrage, à partir de centaines de noms cités dans les négrologies parues dans Regards sur la Loire, l'association a souhaité conserver le souvenir de modestes militants, considérant qu' « ils ne devaient pas totalement disparaître de nos mémoires ».

Les notices ne tiennent qu'en quelques mots. Il va de Pierre Abrial, mineur, militant communiste du Chambon-Feugerolles (quartier de la Romière) à XXX Vérilhac, militant communiste de Firminy, membre du Bureau de section, en passant – on pioche un peu au hasard – par Jacques Espinosa, militant communiste de Rive-de-Gier. Adhérent en 1944 aux Jeunesses communistes, puis à l'Union de la jeunesse républicaine de France) puis du Parti communiste français. Membre du Comité de section de Rive-de-Gier. Licencié en 1946 pour fait de grève, il doit travailler hors de Rive-de-Gier. Décédé à 42 ans dans un accident de travail, il est inhumé à Saint-Martin-la-Plaine. Son frère aîné, Florian, a été assassiné dans les bagnes de Franco, ou encore Jeannette Chambefort, militante communiste de Saint-Etienne (quartier de Beaulieu), animatrice du Comité de défense de l'Humanité de son quartier...

En 2020, le Cedmo42 va proposer deux expositions: une biographie d'environ 25 élus communistes généraux (départementaux) et une consacrée à des expressions locales à travers des journaux de cellules, d'entreprises, de quartiers comme les Voix de Côte-Chaude. Pour en revenir aux archives, il lance un appel à tous ceux qui pourraient détenir des documents, même les plus modestes (photos, tracts, notes personnelles...) et invite à les lui communiquer sous forme de don ou de prêt - ils seront numérisés et restitués. Il tient une permanence tous les mercredis après-midi (hors vacances scolaires) au 39, rue Camélinat de 14h à 17h.