Tuesday, January 31, 2023
Eveil de lame, club d'escrime médiévale, dispense des cours le mercredi à l'Amicale de la Baraillère à Saint-Jean-Bonnefonds de 18h30 à 20h30.  L'article qui suit date de 2014. Le contact mail figure en bas de page.
 
Revêtu d'un gambison et armé de plusieurs épées dont une "bâtarde", Victor-Antoine Olivieri, dit Vao, nous accueille à  La Ricamarie. Il préside "Eveil de lame". Cette jeune association (depuis septembre 2013) regroupe des étudiants passionnés qui s'initient aux méthodes de combat de l'époque médiévale.

Six autres garçons, Maxime, Baptiste et Baptiste, Florian, Guillaume et Ludovic le rejoignent pour un de leurs entraînements hebdomadaires. Trois autres membres, dont les deux filles, ont fait défaut. Tous ne portent pas des gambisons et, en attendant de réceptionner des épées en polypropylène, ce sont des bokken et shinai que manipulent certains. De la fête médiévale d'Orange, ce week-end, ils ramèneront aussi des équipements pour pratiquer du combat en lice.

Après l'échauffement, ils s'entraînent en duel puis se regroupent en deux camps. La répétition débute. En effet "Eveil de lame" a aussi pour but de réaliser des scénettes dans lesquelles sont reproduits au plus juste des mouvements d'escrime médiévale: frappes de côté, positura del Falcon et autre garde de la dame complètement inintelligibles pour les gueux de notre espèce. Mais voici les cotereaux qui marchent vers les croisés:

" - On arrive discrètement...
- Aux Armes !
- Non ! Plus de conviction ! En même temps ! On la refait.
- Vas-y gueule: les flancs !
- Tête, tête, on a dit ! Bas, bas... allez ! Tête, tête, côté, côté... Si c'est ça: bas, bas, tête, tête, côté, côté. Non, non, ça c'est pas médiéval... Bon, ce qui est bien, c'est les trente dernières secondes. On les maîtrise."

" On a un mois et demi pour s'entraîner", dit Maxime. C'est que l'association présentera son art fin mai lors du festival de l'UJM. Elle espère aussi pouvoir offrir à  boire de l'hypocras. Pour reprendre le vocabulaire d'une célèbre série télévisée de fantasy médiévale, on dira que Maxime était un peu le "maître à  danser" de cette séance. Il appartient par ailleurs à  la Confrérie de Papelengue du Puy-en-Velay. " On crée nous-mêmes nos chorégraphies. Les techniques, elles, m'ont été enseignées dans diverses associations. Pour s'équiper à  moindre frais, on est en train de fabriquer nos propres cotte de maille. Le président a fini la sienne. Elles devraient être finies pour le festival."

Contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
__

Le gambison est un  épais vêtement médiéval matelassé servant de protection. Une "bâtarde" est une épée à  une main et demie. Le bokken est un sabre en bois japonais et le shinai un sabre en bambou utilisé par les kendokas. Le combat en lice est un tournoi très réglementé, à  pied en l'occurrence, et en duel, où les frappes sont comptées. Il existe aussi, au sein des compagnies médiévales, le Bohurt (ou béhourt) qu'"Eveil de lame" ne pratique pas, et qui consiste en un affrontement entre deux groupes de combattants armés et armurés. L'objectif étant de mettre à  terre ses adversaires. " C'est une pratique plus proche du combat réel mais qui peut être aussi plus coûteuse en matériels", explique Vao.