Thursday, April 02, 2020
Elles sont pour l'heure au nombre de neuf en comptant la statue de la Liberté, en voie d'achèvement. Jérôme Geraci, 64 ans, les a peintes sur le mur d'enceinte de sa propriété, long de 30 mètres. Il s'agit, exception faite des chutes du Zambèze, de monuments anciens ou modernes. Des merveilles du monde, au sens antique, il n'y a que les pyramides d'Egypte. " Si j'avais fait le Colosse de Rhodes, les gens auraient dit: c'est quoi ce machin ?" nous explique l'ancien cheminot.



Tous les monuments représentés sont nommés et notre artiste a pris soin, en pensant aux enfants qui viennent au centre de loisirs du château de la Perrotière, à  deux pas, d'ajouter quelques notes comme la longueur de la muraille de Chine ou les dates de construction.

" J'ai débuté en avril 2011 en faisant d'abord un croquis au charbon de bois, à  partir d'une photo, nous dit-il. Le plus difficile ? La peinture du Taj Mahal qui m'a pris deux jours et pour laquelle j'ai travaillé avec un niveau." Son épouse Eliane, pour le moins dubitative au début, est satisfaite du résultat. " Je craignais qu'il ne finisse pas, nous dit-elle. Mais finalement, je suis assez séduite, admirative même." Un petit regret tout de même. Elle aurait bien vu, peinte sur son mur, la "poule de hienghène", un rocher célèbre de Nouvelle-Calédonie.

Le couple connaît bien cet archipel comme l'Australie proche où habite un parent. Il a aussi visité de nombreux autres pays. " Moi, mon plus grand souvenir de voyage, poursuit Jérôme, c'est l'Ile de Pâques. J'ai eu l'impression là -bas d'être dans un autre monde. Il y a quelque chose de magnétique, une atmosphère différente..." Les célèbres Moai figurent bien sûr en bonne place sur la fresque. " D'origine italienne je connais bien le Colisée et la Tour de Pise. J'ai vu aussi la grande muraille de Chine."

Il reste un bout de mur à  peindre. Pour la Tour Eiffel peut-être. A moins d'y écrire une phrase. Pour dire que l'amour, la santé, sont aussi importants que toutes ces merveilles...