Sunday, November 19, 2017

Une petite cérémonie en mémoire des élèves et ingénieurs civils des mines de Saint-Etienne s'est déroulée le 12 novembre à  l'Ecole des Mines, en présence notamment du secrétaire général de la préfecture et de Corinne L'Harmet Odin, élue de Saint-Etienne, et Georges Ziegler, élu de la Ville et du Département.

 

Au déclenchement de la guerre, Georges Friedel dirigeait l'Ecole, alors située sur la colline de Chantegrillet depuis 1850. L'établissement fut fermé d'août 1914 à  novembre 1917. Georges Friedel alla travailler à  la Manufacture Nationale d'Armes. Depuis quelques temps déjà , un projet de reconstruction, sur place, était dans les cartons. Mais c'est un nouveau bâtiment, construit sur le Cours Fauriel, qui devait, bien plus tard, recevoir la visite du Président de la République, Albert Lebrun, et divers ministres, venus remettre à  l'Ecole la croix de la légion d'honneur. L'établissement avait déjà  reçu la croix de guerre, remise en 1926 par le maréchal Fayolle. Le Président Lebrun, dans son allocution, en 1933, avait alors évoqué "un douloureux et glorieux record", rappelé par le directeur actuel, Pascal Rey: 143 élèves ou anciens élèves ont péri durant cette guerre, sur 468 mobilisés, et un nombre impressionnant de citations et décorations fut glané sur les champs de bataille. 64 soldats furent tués dès 1914. La descendante de l'un d'entre eux, Honoré Marchand, mort en septembre 14, a assisté à  la cérémonie. "N'oublions jamais ce que nous leur devons et qu'il nous faut poursuivre ce travail de mémoire à  destination des jeunes et ici plus particulièrement à  destination de nos élèves ingénieurs", a déclaré le directeur. Des gerbes ont été déposées devant le monument aux morts qui se trouve dans le hall de l'Ecole. Celui-ci associe les élèves et anciens élèves morts durant les différents conflits et les victimes du devoir professionnel, dans des accidents miniers et conflits sociaux.

 

.
.
.