Sunday, June 23, 2024

Le "Côlon Tour" qui a pour objectif de sensibiliser au dépistage du cancer colorectal, revient place Chavanelle à Saint-Etienne , durant deux jours mercredi 22 et jeudi 23 mars, de 10h à 17h30. Accueil libre et gratuit.

Article ancien

Après Saint-Etienne, il y a quelques temps, le « Côlon Tour » sera installé à  Roanne, place de l'Hôtel de Ville, les 24 et 25 avril 2012. Il s'agit d'une structure gonflable reproduisant l'intérieur d'un côlon que le public est invité à  parcourir et sur la paroi duquel des polypes se sont développés. Ces tumeurs sont pour certaines bénignes mais d'autres peuvent évoluer vers un cancer dit colorectal.

C'est le deuxième cancer chez l'homme, après celui de la prostate. Egalement chez la femme, après celui du sein. Il y a chaque année plus de 37 000 nouveaux cas de cancer colorectal, d'après la fondation d'Aide et Recherche en CAncérologie Digestive (A.R.C.A.D). C'est pourtant le seul cancer que l'on peut souvent prévenir par l'ablation des polypes sur lesquels il se développe.

 " Nous proposons tous les deux ans, par courrier, aux habitants âgés de 50 à  74 ans de faire un test de dépistage de sang dans les selles", nous explique Annabel Taillandier. Elle fait partie de l'Association « Vivre ! », chargée dans la Loire d'organiser ce dépistage.

L'examen sert à  repérer un saignement invisible à  l'oeil nu, d'où son nom d'Hemoccult.

" La personne est invitée à  se rendre chez son médecin qui lui remet le test qu'elle pratique elle-même, à  domicile, et qu'elle envoie dans un centre de lecture. Elle reçoit ensuite le résultat. S'il est positif, il sera suivi d'une coloscopie, c'est à  dire l'examen du côlon par l'intermédiaire d'une sonde."

Sur la période 2010 - 2011, 34,5 % seulement des personnes ayant reçu l'invite au dépistage ont donné suite.

En 2009-2010, sur 1 500 coloscopies réalisées dans notre département, 104 cancers ont été découverts avec, précise l'association, " le plus souvent des chances élevées de guérison" et 492 tumeurs ont été ôtées dont la moitié à  un stade précancéreux.

Des médecins gastro-entérologues seront présents à  Roanne pour répondre aux questions du public.

__

Quand parler du dépistage du cancer colorectal avec son médecin ?

> Dès 50 ans : 95 % des cancers colorectaux se développent après 50 ans.

Entre 50 et 74 ans, il est recommandé de participer au programme national de dépistage organisé et de pratiquer un dépistage tous les deux ans même sans symptôme particulier. Tous les hommes et les femmes âgés de plus de 50 ans reçoivent à  leur domicile un courrier les invitant à  consulter leur médecin généraliste pour faire un dépistage du cancer colorectal. Dans la majorité des cas, le test recommandé pour ces personnes qui ne présentent pas de risques particuliers (dits « à  risque moyen »), est le test de recherche de sang occulte dans les selles.

>> Quel que soit l'âge : en cas d'antécédents personnels ou familiaux de cancer colorectal, de polypes ou de maladie inflammatoire chronique de l'intestin.