Sunday, April 14, 2024

La gendarmerie nationale annonce le démantèlement d’un groupe criminel organisé qui sévissait dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il était spécialisé dans les cambriolages nocturnes de résidences. Un groupe de travail baptisé « Shkoder42 » avait été mis en place l'année dernière par les gendarmes de la section de recherches de Lyon et le groupement de gendarmerie départementale de la Loire. Une opération judiciaire d’envergure a été déclenchée sur commission rogatoire le 8 février dernier dans la région stéphanoise. Cinq personnes ont été interpellées. Le receleur (56 ans, d'origine algérienne) et deux Albanais dont l'organisateur (32 ans) ont été mis en examen et écroués sur décision du juge des libertés et de la détention dans le cadre de mandats de dépôts criminels. Deux autres individus mis en cause pour leur participation à un petit nombre de faits ont été laissés en liberté. Au cours des différentes perquisitions, des bijoux volés et du matériel multimédia ont été découverts. La gendarmerie précise qu'il s’agit d’une petite partie du préjudice total, estimé à environ 450 000 euros, le magistrat instructeur étant saisi de près de 150 cambriolages commis entre juillet 2021 et janvier 2022, principalement dans notre département. Mais cette bande pourrait être à l’origine de plus de 300 cambriolages.

Photo/dr

- Comme le 7 décembre et le 11 janvier les salariés du social et du médico-social manifesteront à Saint-Etienne le 27 janvier (manifestation inter-professionnelle) et le 1er février pour réclamer des augmentations de salaires et des moyens. Le rassemblement du 1er février aura lieu devant l’ARS, rue des 3 Meules, et le cortège rejoindra la place Jean Jaurès.

- Une intersyndicale regroupant la CFDT, la CGT et la CFE-CGC appelle les salariés du site Thales de Saint-Héand à se mobiliser le 27 janvier. Les organisations syndicales représentatives au niveau du Groupe (mentionnées plus haut, plus la CFTC) soulignent que le 17 janvier elles ont de nouveau refusé de négocier le temps de travail, « tant que les négociations d'une politique salariale sur une base plus juste ne seront pas mises en place », précisent-elles.

270 Milans royaux ont été comptés par la Ligue pour la Protection des Oiseaux dans le secteur du vallon de Borde-Matin près de Roche-la-Molière. Une vingtaine d’ornithologues, professionnels et bénévoles, étaient réunis le 8 janvier pour ce comptage de l’espèce qui habite dans notre région pour l’hiver, d’octobre à mars. Ils étaient répartis en quatre équipes installées sur des points hauts autour et dans le site du centre d’enfouissement des déchets de Borde-Matin équipés de jumelles et de longues-vues sur trépied. Les ornithologues ont compté, entre 16h et 17h30, tous les rapaces rentrant au dortoir.

Cette opération a lieu depuis 2007, en partenariat avec le groupe Suez, l’exploitant du centre intercommunal d’enfouissement des déchets ménagers de Loire-Sud. Jamais autant d’individus n’avaient été comptabilisés sur le site, souligne la LPO, le chiffre oscillant plutôt jusque-là, selon les années, entre une centaine et 140 individus maximum (140 oiseaux comptés en janvier 2021).

Le Milan royal (nom scientifique : Milvus milvus) est un rapace rare, endémique de l’Europe, où il vit sur une étroite bande de territoires allant de l’Espagne à la Biélorussie, avec une population totale d’environ 30 000 couples. Les deux-tiers de cette population européenne se répartissent dans seulement cinq pays : Allemagne, France, Espagne, Suisse et Suède. La France, avec près de 3 000 couples nicheurs, abrite la seconde population européenne après l’Allemagne.

Photo : Milan royal, Nicolas Jimenez/LPO

- La première pierre de la réhabilitation du campus Tréfilerie de l’Université Jean Monnet (UJM) a été posée le 25 novembre. Le projet concerne plus de 20 000 mètres carrés qui seront réhabilités au sein des cinq facultés et instituts (droit, études politiques et territoriales, sciences humaines et sociales, arts, lettres et langues, IAE). Cette opération permettra également la construction de 3 100 mètres carrés de nouveaux bâtiments: pôle de vie de campus, espace de coworking, espace de restauration. La Région finance près de 50% de l’opération avec une subvention de 17 millions d'euros sur un coût total de 36,7 millions. La participation de l'Etat est de 6,58 millions d'euros, celle de Saint-Etienne Métropole de 6,9 millions, du Crous de 1,1 million d'euros et de l'UJM de 5,06 millions.

- Un centre de tri des déchets intercommunautaire d'une capacité de 45 000 tonnes verra le jour à Firminy. Il sera mis en service en 2023. Cet équipement moderne de grande capacité doit permettre, indique Saint-Etienne Métropole, « de répondre pleinement à l’enjeu de simplification du geste de tri des papiers et emballages et contribuera ainsi à augmenter les performances des collectivités en matière de recyclage tout en limitant le recours à l’enfouissement de déchets ménagers ». Le 23 novembre, la métropole a signé un contrat de concession de douze ans avec la société Suez.

- Vendredi 3 et samedi 4 décembre, de 9 à 17 heures, à l'Hôtel de la Région à Lyon, se tiendra le forum des métiers des forces-sous-marines de la Marine nationale. Il y a dans la région Auvergne Rhône-Alpes six villes qui sont marraines de bâtiments de la Royale : Moulins (sous-marin nucléaire d'attaque Casabianca), Villefranche-sur-Saône (sous-marin nucléaire d'attaque Émeraude), Lapalisse (patrouilleur de haute mer Commandant Blaison), Montluçon (frégate multi-missions Auvergne), Chamalières (flottille 36F d'hélicoptères Panther) et Crest (bâtiment-base de plongeurs démineurs Pluton). La région compte aussi plusieurs centres de préparation militaire Marine, dont un à Saint-Etienne, et de nombreuses classes de défense dans les collèges et lycées jumelées avec la Marine nationale.

- Il ne reste que quelques jours (jusqu'au 30 novembre) pour participer au baromètre des villes cyclables et évaluer, en remplissant un questionnaire en ligne, votre sentiment de sécurité lorsque vous faites du vélo et si des mesures suffisantes sont, selon vous, prises par la collectivité pour améliorer vos conditions de déplacement. Cette enquête est réalisée par la Fédération des usagers de la bicyclette. La dernière édition en 2019 avait permis de récolter plus de 185 000 réponses dans plus de 5 400 communes partout en France (763 communes classées). Il faut à minima 50 réponses par commune pour que celles-ci soient classées. C'est déjà le cas pour Montbrison et Andrézieux-Bouthéon, par exemple. Le 23 novembre il manquait quelques réponses pour que Savigneux, Saint-Galmier, Veauche, Montrond.... soient classées. (lire aussi, 2019)

Photo : pavillon du SNA Casabianca à Moulins (archives FI)