Tuesday, July 14, 2020

Depuis un an, la chapelière-modiste de l’Atelier-Musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon travaillait à la nouvelle collection de chapeaux automne-hiver 2019-2020. Celle-ci a été présentée au cours d'un défilé ce soir. À mi-chemin entre ethnologie, artisanat et art contemporain, cette collection est le fruit du regard d’une créatrice d’aujourd’hui s’inspirant de civilisations du monde entier.

Photos: Steph. Popakul pour FI

Le 13 novembre sera signée à l'hôpital Nord une convention départementale relative aux dépôts de plainte en faveur des victimes de violences conjugales. Elle sera signée en présence du préfet, du procureur de la République, de la directrice départementale de la sécurité publique ainsi que des directions des cinq établissements de santé signataires, à savoir, outre le CHU, les CH de Firminy, du Forez, de Roanne et l’Hôpital Privé de la Loire. Ce partenariat a pour but de faciliter les démarches judiciaires grâce à un dispositif simplifié permettant aux victimes de déposer plainte directement au sein de l’établissement de santé dans lequel elles se présenteront.

En lien :
> Zoom sur SOS Violences conjugales 42 (2008)

>>Violences conjugales: des intervenants sociaux dans les services de police et gendarmerie (2010)

>> Rassemblement pour dénoncer les violences faites aux femmes (2010)

Le site dieudosphere.com annonce sur sa billetterie une représentation de son spectacle « Gilets Jaunes » le 15 novembre à 20h en un lieu ("à moins de 20 km de Saint-Etienne") qui sera communiqué par SMS au plus tard quelques heures avant la représentation.

Ce qui ne plait pas à la fédération de la Loire du Parti Socialiste, par la voix de son premier secrétaire, Johan Cesa, pour qui Dieudonné est un « ancien humoriste devenu porte-parole de la haine », un « extrémiste de droite et antisémite, ami de Jean-Marie Le Pen et du négationniste Robert Faurisson, qui récupère le mouvement des Gilets Jaunes »...

La ville de Saint-Étienne a reçu la réponse de la CNIL concernant son projet d'expérimentation de capteurs sonores à Beaubrun Tarentaize, porté par la société stephanoise Serenicity et présenté dans le cadre des projets d'avenir voulus par l'Agence nationale pour la rénovation urbaine.

La présidente du CNIL, Marie-Laure Denis, souligne notamment l’existence d'un traitement de données à caractère personnel et insiste sur la nécessité d'un cadre légal spécifique compte tenu que ce dispositif apparaît « comporter des risques substantiels pour les libertés individuelles, notamment le droit au respect à la vie privée » et qu'il interviendrait dans « le champ d'autres droits fondamentaux des citoyens », à savoir la liberté d'expression, de réunion, de manifestation, d'association et d'aller et venir. «  Les personnes concernées peuvent être amenées à altérer leur comportement par exemple en censurant eux-mêmes leurs propos sur la voie publique ou encore en modifiant leurs déplacements, voire leur résidence ou leur lieu de travail, pour éviter les zones d'installation des capteurs sonores », fait-elle valoir.

La Ville indique qu'elle ne mènera donc pas l'expérimentation et qu'elle ne fera pas appel de la décision de la CNIL auprès du Conseil d'État. Elle demande au législateur d'assumer « toutes ses responsabilités en proposant un projet de loi qui tienne compte des recommandations que la CNIL a pu formuler grâce à l'exemple stéphanois ». Les groupes d'opposition « Nouvelle gauche » et communiste évoquent « un véritable camouflet pour Gaël Perdriau ».