Thursday, September 24, 2020

Après une première journée de grève le 3 décembre, la CGT Santé et Action sociale appelle à un nouveau mouvement le 16 décembre au sein du Foyer Départemental de l'Enfance et de la Famille de la Loire (FDEF 42). Un rassemblement est prévu devant le siège administratif, à Saint-Genest-Lerpt, à 11h. Le syndicat dénonce une dégradation des conditions de travail et d'accueil. Service de la Protection de l’Enfance, le FDEF comprend neuf structures d’accueil réparties sur cinq communes.

Comme chaque année depuis huit ans, la Fédération Française des Motards en Colère de la Loire organise une collecte de jouets à destination des enfants hospitalisés. Cette collecte est organisée avec la participation de la Ville de Saint Etienne et en partenariat avec l’association «Le Père Noël du Lundi», qui a pour vocation de visiter les enfants hospitalisés le jour de Noël. Chaque année, plusieurs centaines de jouets sont offerts.

Le 14 décembre, les motards exposeront des motos dans la galerie marchande d’Auchan Villars. Ils seront également présents à l'entrée du magasin King Jouet à Ratarieux. Ils proposeront aux clients de ces enseignes de participer à cette action en offrant un jouet neuf pour les enfants.Ils se rendront également au Super U de Savigneux le 7 décembre pour effectuer la même opération.

Le 15 décembre, une parade sera organisée (sous réserve des conditions climatiques) pour promener le Père Noël  dans les rues du centre-ville de Saint Etienne au départ du parking de Leroy Merlin à Ratarieux à 14h, en passant par Bellevue pour arriver Place Jean Jaurès vers 16h. Elle sera encadrée par la Police Municipale.Plusieurs arrêts sont prévus: place Waldeck Rousseau, Centre Deux, Place de l’Hôtel de ville et Place Jean-Jaurès.Pour la 2ème année, des adhérents de Saint-Etienne Rollers participeront à la parade.

Les jouets récoltés la veille et ceux apportés parles motards participant au cortège seront alors remis sur place au Père noël du Lundi, en présence du maire et de la directrice de cabinet du préfet.

Déclaration commune de la Gauche Démocratique et Sociale, Gauche Républicaine et Sociale, Génération·s, Ensemble!, Europe‑Ecologie‑Les‑Verts, France Insoumise, Parti Communiste Français et Parti Socialiste de la Loire:

"Le projet du gouvernement n’est pas encore entièrement défini dans ses moindres détails, mais les grands principes qui sont annoncés comme intouchables (instauration de la retraite à points, limitation des pensions à un montant fixe du Produit Intérieur Brut, allongement de la durée de travail) justifient amplement une opposition résolue.

Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, viendra demain, vendredi, à Saint-Etienne où elle visitera le TGI, et à La Talaudière où elle visitera la maison d'arrêt. Gaël Perdriau annonce qu'il ne participera pas à cette visite - hormis la remise des Insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite à Baptiste Bonnet, doyen de la Faculté de droit.

Pour le président de la métropole, « la prison de La Talaudière est un exemple de [la] lente dérive du système pénitentiaire français. »

« (...) En 2016, écrit-il, le gouvernement de l’époque avait lancé un plan national de 33 projets pénitentiaires représentant 16 000 places supplémentaires, et pour lequel le budget avait été inscrit. L’aire stéphanoise comptait au nombre de ces projets avec des crédits inscrits (70 millions d’euros) permettant de construire un nouveau bâtiment source, aussi, de nombreux emplois directs et indirects. Cette nouvelle maison d’arrêt aurait permis d'apporter une réponse concrète à la dégradation de celle située à La Talaudière devenue complètement obsolète pour les causes que je viens d’expliquer.

De manière totalement arbitraire, sans aucune concertation préalable, madame Nicole Belloubet a pris la décision d’arrêter le projet stéphanois, alors qu’il avait été largement travaillé avec les services de l’Etat, laissant la situation actuelle perdurer au détriment de tous les habitants de l’aire urbaine stéphanoise, des personnels pénitenciers et des détenus. Elle proposerait, aujourd’hui, une enveloppe de rénovation et réhabilitation du bâti existant (12 millions d’euros) dont le montant semble notoirement insuffisant au regard des exigences techniques requises pour ce type de bâtiment (...) »