Wednesday, July 28, 2021

Andrée Chaize, « grande militante de la cause des femmes dans la Loire », ainsi que le souligne le député Régis Juanico, qui nous annonce son décès, s'est éteinte hier, lundi, des suites de la Covid 19 à l’âge de 86 ans. Le député rend hommage à une femme « libre et indépendante » qui a « consacré toute sa vie professionnelle à l’enseignement, en tant qu’institutrice, tout d’abord, puis, lorsqu’elle eut rejoint l’Ecole Normale de Saint-Etienne, en tant que maître formateur, en tant qu’inspecteur-professeur et enfin, en qualité de conseillère pédagogique ». Andrée Chaize fut élue à Saint-Priest-en-Jarez dès 1989, et adjointe à la culture entre 1995 et 2001. « En mars dernier, après deux nouveaux mandats de conseillère municipale dans l'équipe de l'ancien maire Jean-Michel Pauze, elle avait souhaité poursuivre son engagement auprès du nouveau maire élu Christian Servant », ajoute le député. Elle fut aussi présidente du Comité citoyen pour le dépistage des cancers et relança le Centre d’information sur les droits des femmes. Elle présida aussi l’Association des femmes élues de la Loire.

> lire aussi : les Mariannes de la Parité (2011)

Photo: archives FI

Primark va ouvrir un magasin de 3500 mètres carrés à Centre Deux, annonce la ville de Saint-Etienne. Par ailleurs, et de même source, le groupe Klépierre, propriétaire de Centre Deux, va rénover le centre commercial - qui en a bien besoin - "avec plusieurs millions d'euros d'investissement".

Propriété de la ville de Saint-Etienne depuis 2018, la célèbre sculpture du Sapeur monte la garde dans sa guérite devant l'hôtel de Villeneuve. Elle a déjà été restaurée deux fois par les Amis du Vieux Saint-Étienne. Pour débuter, d'ici fin 2020, les éléments de surface et la structure seront consolidés en vue d'un engagement dans une structure métallique et une mise en sécurité dans les réserves du Musée d'Art et d'Industrie. Une étude sera ensuite menée en préambule à sa restauration. Le déplacement et la restauration du Sapeur marquera la fin de la prise en charge par la Ville de l'ancienne collection du Musée du Vieux Saint-Étienne, aujourd'hui au M.A.I.

> Petite histoire du Sapeur

Photo : archives FI

« S’agira-t-il réellement de nouvelles installations, ou ce futur centre proposera-t-il simplement ou en partie des regroupements de praticiens déjà installés dans les quartiers stéphanois et sur le territoire métropolitain ? » C'est la question que posent les élus stéphanois de l'opposition du groupe Saint-Etienne Demain, à savoir François Boyer, Pierrick Courbon, Isabelle Dumestre, Ali Rasfi et Laetitia Valentin après l'annonce de l'installation d'un centre de santé pluridisciplinaire dans la galerie Dorian (lire). Tout en considérant que « c'est naturellement une bonne nouvelle, notre territoire étant durement frappé par le phénomène de désertification médicale », ils soulignent que « le solde net des nouveaux professionnels de santé installés sera le seul révélateur de la plus-value de ce projet ».

Ils regrettent par ailleurs «  que la vocation commerciale de la Galerie Dorian ne soit pas préservée ». « Avec la démolition à venir de l’îlot Eden, nous aurions pu y favoriser l’installation de locomotives commerciales favorables à l’attractivité du centre-ville, tout en installant un centre de soin sur le site de la Charité, préservant là encore l’activité historique du lieu ».