Friday, February 03, 2023
Saint-Etienne saura bientôt si elle fait partie des villes françaises retenues par le jury. Si c'est le cas, elle sera durant toute l'année 2008 en compétition avec une ou deux autres villes de l'Hexagone jusqu'au dénouement de septembre 2008 qui verra la désignation de LA ville qui représentera notre pays pour le titre de Capitale européenne de la culture.

Parce qu'elle a toujours été une terre de créativité et de création, dans des domaines variés, et qu'elle est selon Michel Thiollière, "en train de devenir une capitale culturelle", Saint-Etienne a toutes ses chances. Et pour forcer la fortune, dans une ville que les médias délaissent et qu'on dit fauchée, le maire, dès la prise de fonction de Anne-Marie Castay, chef du projet, avait exprimé sa volonté de s'appuyer fortement sur le réseau culturel, associatif et économique local. Quelques 400 personnes, acteurs associatifs, représentants des institutions culturelles, des chambres de métiers, du Conseil général... se sont donc réunies aujourd'hui autour d'un marquage "2013" inscrit au coeur du stade, lieu emblématique de notre territoire. Dans leur diversité, toutes participent directement au projet de la candidature de Saint-Etienne. Une "candidature singulière" reconnaît le maire mais "dans une ville qui se transforme et dans laquelle beaucoup de gens peuvent se reconnaître." Ville authentique, à  l'identité marquée et originale, tournée vers l'Europe, ainsi qu'en témoignent les liens tissés avec plusieurs villes, et la méditerranée qui a fourni à  notre cité des vagues de travailleurs, Saint-Etienne se veut aussi "une ville apprenante". Cela veut dire, déclare encore  le maire "que nous ne savons pas tout mais qu'on veut bien apprendre avec les autres." Et de grands créateurs, artistes et architectes ont déjà  osé miser sur cet "archipel des possibles".

Pour mener à  bien cette candidature, deux fils rouges, développement durable et design, et 4 thématiques ont été définis : "Utopies concrètes" (d'hier et de demain), "Métamorphoses" (ville aimée et transformations), "Ville-nature" et "Flux et échanges" (Arts, sciences et innovations). Douze ateliers (Mobilisation citoyenne, Accueil et Tourisme...) doivent permettre aussi, dit Anne-Marie Castay, "de faire émerger des idées novatrices autour des thématiques." De ce travail collectif devraient sortir à  la mi-juillet environ 250 projets.

Le 60e festival de Cannes s'est achevé hier soir. Le jury, présidé par Stephen Frears a décerné la Palme d'or au film de Cristian Mungiu 4 Mois, 3 semaines et 2 jours. Le long métrage (à  petit budget, 600 000 euros seulement) est centré sur un avortement interdit sous le régime de Ceaucescu, le tout dans un style assez cru. Il succède au palmarès à  Le vent se lève du Britannique Ken Loach.

Après une désertion du secteur depuis les années 80/90, en raison d'un équipement vétuste, les amoureux de la grimpe reviennent en force se frotter au granit de la falaise de Doizieux. Pour preuve, le mardi 8 mai, pas moins de 50 personnes grimpaient en famille sur les nouvelles voies. Une fréquentation retrouvée qui ravit Jean-Cyrille Bercet du Comité Départemental de la FFME, d'autant plus que les plaques d'immatriculation étaient lyonnaises, stéphanoises, dauphinoises et ardéchoises.



En vue de la Coupe du monde de Rugby, le stade Geoffroy-Guichard doit se reverdir d'une nouvelle pelouse de 8 600 mètres-carrés. Aussi, des morceaux de pelouse du Chaudron étaient aujourd'hui offerts à  tous ceux qui souhaitaient emporter un petit bout de légende. Ce sont plus de 2000 carrés de pelouse qui ont été distribués, emballés dans un sac en papier marqué aux armes du club et de "Saint-Etienne capitale européenne de la culture 2013", pour symboliser les victoires passées et futures de notre ville.