Wednesday, July 28, 2021

Ingénieur civil des Mines, directeur général des Houillères du bassin du Centre et du Midi, Bernard Chaton a été à l'origine de la donation, par les Charbonnages de France, du puits Couriot à la ville de Saint-Etienne, afin de créer, avec Henri Bonardot, ce qui est aujourd'hui, le musée de la Mine, ainsi que le rappelle Gaël Perdriau dans un communiqué. Le maire de Saint-Etienne souligne qu' « il a su à la fois, par son action durant près de 24 ans à la tête de l'Association des amis du musée de la Mine (1993 – 2017, ndFI) ouvrir ce site sur la ville et ses habitants, le développer, le moderniser, tout en conservant cet esprit si particulier du puits Couriot qui fait que l'on n'est plus tout à fait le même après l'avoir visité et s'être imprégné de son histoire ».

Photo : archives FI, un soir de Sainte-Barbe. Bernard Chaton a aussi été à l'initiative, dans les années 1990, du renouveau des célébrations de cette fête en l'honneur de la sainte patronne des mineurs.

Johann Cesa, premier secrétaire du Parti Socialiste de la Loire, et Jean-Paul Chartron, ancien premier secrétaire de cette même fédération, nous apprennent dans un communiqué le décès de Jean-Claude Bertrand.

Jean-Claude Bertrand était arrivé dans la Loire pour y exercer son métier de médecin. « Professeur de médecine, directeur du Samu, il était reconnu pour ses qualités de diagnostic et de direction », écrivent-ils. Au niveau politique, il fut conseiller municipal d’opposition à Saint-Etienne, puis conseiller général d’un canton de Saint-Étienne. Réélu à plusieurs reprises (1998 à 2015), il présida aussi le groupe socialiste et apparentés au conseil général. Candidat malheureux (de justesse) à la présidence du Département lors des élections cantonales de 2011, face à Bernard Bonne, il fut aussi adjoint aux finances de la municipalité Vincent, à Saint-Etienne, de 2008 à 2014. Avant de venir dans la Loire, il avait été maire d’une petite commune du Sud-Ouest. « C’était un militant apprécié, infatigable en campagne électorale. Il était surtout un homme chaleureux et convivial », soulignent Johann Cesa et Jean-Paul Chartron.

Photo : archives FI (2011)

10 000 œufs de saumon, en provenance du Conservatoire National du Saumon Sauvage (CNSS) situé à Chanteuges, en Haute-Loire, vont être déposés le 19 février dans l'incubateur situé dans le Parc de Beaulieu à Riorges, près de la rivière le Renaison. C'est la 7e année consécutive qu'a lieu cette opération, dans le cadre d'un projet de réintroduction du saumon dans le fleuve Loire.

Photo du transfert des œufs dans l'incubateur/dr

Chaque année, aux mêmes endroits, les populations d’oiseaux communs sont suivis par les gens de la Ligue de Protection des oiseaux (LPO) afin d'évaluer les tendances d'évolution de ces populations dans notre région. Sont concernées 75 espèces regroupées en quatre catégories : les espèces forestières, les espèces des milieux agricoles, les espèces des villes et villages et les espèces généralistes qui occupent l’ensemble des habitats cités précédemment.

En dix-neuf ans, ces populations ont diminué de près de 5 % sur l’ensemble de la région, indique la LPO.

Les populations de Mésange charbonnière, par exemple, ont diminué de 12 % depuis 2002, celles du Coucou gris de 25 %, de l’Alouette des champs de 16 %...

Et la LPO de préciser : « Ce déclin majeur a de nombreuses causes liées aux activités actuelles de notre société, notamment :la création de paysages homogènes et artificialisés qui empêchent la nature de se développer, l’utilisation de produits phytosanitaires dans les jardins ou l’agriculture,la disparition des milieux naturels qui laisse la place à une forte urbanisation. »

Photo : mésange charbonnière (archives FI)