Wednesday, September 23, 2020
Essai transformé pour le Marché des Métiers d'Art de Saint-Etienne. Tout au long de la journée, badauds et amateurs se sont pressés place Chavanelle pour découvrir et admirer le savoir-faire exceptionnel de 26 artisans professionnels.

metiersartstrs

Le marché des Métiers d'Art, organisé par l’I.R.D.D. (Institut Régional pour le Développement du Design), l’Espace Boris Vian et l’association Rue des Artistes, avait pour objectif de faire découvrir au grand public des métiers méconnus à  la frontière ténue de l’art et de l’artisanat. Les métiers en lien avec la forge, la vannerie, la céramique, la sculpture, le travail du bois, la lithographie, la mosaà¯que... étaient représentés.

Si Solenne Chardon, l'animatrice de la Galerie Rue des Artistes, est heureuse du succès remporté par cette première, elle espère surtout que le marché pourra perdurer. Et peut-être prendre de l'ampleur. Car au-delà  de son aspect mercantile, ce marché propose avant tout la rencontre entre les professionnels et le public. Si tous ces métiers marient la passion du geste et le respect de la tradition, tous aussi, malheureusement, sont menacés de disparition.
metiersartsix

Parmi les exposants, nous avons retrouvé Guillaume Granjon, un des messagers de l'art parazite (M.A.P). Le collectif travaille actuellement sur un projet commun avec Didier Laforest qui sera présenté au Palais de Justice de Saint-Etienne. Il s'agit de totems verticaux, inspirés de la culture afro et aborigène. Taillés dans le bois par Didier Laforest, incrustés de métaux et de galets, ils sont habillés à  la bombe par les M.A.P. qui leur donnent leur inimitable touche loufoque et colorée.
metiersartscq
Au Palais de Justice, Didier Laforest présentera également quelques-uns de ses "galériens". Ces visages en terre cuite patinée, pour leur donner l' aspect du bronze, ouvrent leurs grands yeux en forme de galets sur le monde qui les entoure. Ce sont les victimes silencieuses du monde du travail, les mineurs silicosés, les bouffeurs d'amiante. C'est son "pater" à  l'hôpital, et tous les anciens vaillants de son village près de Paray-le-Monial, tous victimes de l'ancien minéral magique des industriels. "Ce n'est pas de la sculpture militante, explique-t-il, simplement la réaction épidermique d'un artiste et d'un fils... Ce n'est pas non plus porter un jugement, je ne suis pas Dieu le père. Mais simplement une sorte de devoir de mémoire puisque la sculpture est aussi un art du combat."
metiersartsqt

De janvier à  mars 2008
metiersartssept