Wednesday, September 23, 2020
L'exposition "Au siècle des Lumières, trésors de voyageurs, en Orient" au "Couvent" de Chazelles-sur-Lavieu s'est achevée en octobre. Mais déjà  un mot sur la prochaine, dont l'ouverture est prévue pour avril 2008 ! Voilà  ce qui s'appelle mettre le traineau avant les chiens ! C'est que loin des sables chauds, celle-ci aura lieu dans le cadre de l'Année Internationale polaire et aura pour thème la culture inuit. Fasciné depuis l'enfance par les aventures polaires du Pourquoi pas ? Daniel Pouget s'est rendu vingt-cinq fois dans l'Arctique. Le Forézien y a donc de nombreux contacts, des artistes notamment, qui vont lui permettre de monter son expo. "Le seul souci, fait-il remarquer, c'est que dans cette immensité il y a jusqu'à  5000 km entre chacun de mes amis !"
inuittrs

Fillette inuit. Image extraite du film Groenland -80, de Bernard Esparre et Daniel Pouget. La population inuit compte environ 155 000 âmes, réparties essentiellement au Canada, au Groenland et en Russie.  Ils parlent tous la même langue: l'inuktitut. Pour l'anecdote, les mots igloo, anorak et kayak sont d'origine inuit.

Mais sa dernière escapade, toute récente et qui l'a menée durant trois semaines dans le Grand Nord canadien est un peu ternie par un constat amer. Sur place en effet, il a pu voir de ses yeux les méfaits du changement climatique sur le mode de vie des autochtones. "Il y a toujours des chutes de neige, explique t-il, mais il fait moins froid et elle fond trop vite." Et le maître du "Couvent" de jeter un regard par la fenêtre: "J'ai passé un séjour dans des conditions climatiques similaires. Du crachin, du brouillard et de l'humidité. Mais pas d'eau. Pas assez." Du coup, les lacs, dont les habitants tirent une partie de leur subsistance, s'assèchent. Certains animaux dépérissent. Quant à  la fonte de la banquise, qui menace les villages côtiers, elle ne concerne plus uniquement la couche supérieure mais également le permafrost, c'est à  dire les sols qui théoriquement restent gelés en permanence toute l'année.

inuit

Les côtes reculent et le Gulf Stream, grand fleuve marin tiède, vient mordre plus qu'il ne devrait le courant glacé du Labrador. Les eaux se réchauffent et certaines populations animales (phoques et morses) désertent ces zones pour d'autres, hors d'atteinte des pêcheurs. Au bout de la chaine alimentaire, l'implacable jeu de dominos fait vaciller le monde inuit. "Les Inuits perdent leurs repères, poursuit l'ethnologue, ils perdent leurs capacités à  subvenir à  leurs besoins et deviennent de plus en plus tributaires du gouvernement canadien qui les assiste. L'Alcool et la drogue font des ravages chez la jeune génération. Le phénomène n'est certes pas nouveau, et le réchauffement climatique n'est pas seul en cause, mais il ne peut que l'amplifier. Au Nunavut, on constate un taux de suicide particulièrement effrayant..."

inuitdx
Photo d'archive D.P.

Depuis des milliers d'années et jusqu'à  une époque récente, les Inuits ont su arracher à  leur royaume de glace les moyens de leur subsistance et préserver un modèle de société particulier, en marge du monde moderne. A partir des années 50, leur intégration, de plus en plus marquée dans le modèle canadien, avait déjà  provoqué l'effacement de leurs repères sociaux. Comment les changements climatiques importants de ces dernières années, et qui vont croître on doit le craindre, pourraient-ils permettre la transmission du savoir des ancêtres, si important chez ce "peuple premier" et tellement en lien avec les ressources naturelles qui l' environnent ? C'est le défi immense que nos voisins les "hommes" devront relever.