Wednesday, September 23, 2020

Abd Al Malik et le roi Jacques ont tenu la scène du palais des spectacles. Election oblige, quelques paroles politiques encore - que de mauvais perdants en vérité ! (lire aussi) - et beaucoup de chansons et de musique.

Le rappeur slammeur soufi démarre de toute beauté avec « 12 septembre 2001 » et « Soldat de plomb ». Et comme toujours à  l'écoute des mêmes titres sur album, je me dis que les artistes ne devraient sortir que des live. Après cette performance physique, Abd Al Malik poursuit avec « Les autres » et quelques autres, rend hommage au roi Jacques, le Belge qu'il convertit en MC rappeur, et sert de bonnes paroles : aller vers les autres; savoir danser et penser en même temps... Une question de po-éthique : attention aux mots car « du beau jaillit la laideur absolue ».

Pour le reste, ça commence à  me rappeler les brèves de comptoir au PMU, les dimanches après-midis dans mon bled. Donc, pause cigarette - Hé hé, ho ho je suis amoureux d'une cigarette - et retour pour Higelin. Mais où es-tu beauté rebelle et sauvage ? Sonnez les mâtines ! Ah ! le voilà  le grand escogriffe, croisé griffon - c'est un chien - et gavroche. On m'avait dit que c'était à  voir. Et en effet on ne s'ennuie pas, très classe.

Voilà  c'est tout. Merci.