Monday, September 21, 2020

En novembre prochain sera fêté le 1700e anniversaire de la naissance de saint Martin. La Via sancti Martini est l'un des chemins européens de randonnée liés à  son histoire et au patrimoine dit « martinien ». Son ouverture est prévue cette année. Il relie Szombathely, sa ville natale, à  Tours où se trouve son tombeau, et non loin Candes-Saint-Martin, la ville de sa mort. Soit 2500 km à  travers la Hongrie, la Slovénie, l'Italie et la France. Dans notre département, il traverse une vingtaine de communes, de Virigneux à  Ambierle, pour continuer vers Saint-Bonnet-des-Quarts. Il parcourt ainsi, entre Roanne et Vichy, le massif des Monts de la Madeleine où une dizaine de sites martiniens sont identifiés : pierres ( Saint-Haon le Vieux, Le Mayet de Montagne...), fontaine (Saint-Pierre-Laval), églises (Ambierle, Châtel Montagne). Le Syndicat mixte des Monts de la Madeleine va poursuivre cette année la démarche de valorisation de cette portion d'itinéraire, initiée courant 2015 en partenariat avec le Centre culturel européen saint Martin de Tours.

Article publié en 2009 sous le titre "Chrétien ou paien, le Martin ?"

.
Attention ! Un personnage historique. Prêt ? Top ! Je suis : Hongrois et soldat par mon père, Poitevin et moine par la séduction de saint Hilaire, Tourangeau et évêque par une ruse des chrétiens de la ville... J'ai couvert toute la Gaule d'un manteau de Foi, d'Espérance et de Charité dont je n'avais donné qu'un échantillon au pauvre d'Amiens. Je suis le Patron des soldats mais Saint Michel m'a volé les paras. Je suis encore le patron des cavaliers et des tailleurs et d'environ 250 communes en France. 4000 églises sont placées sous mon vocable et rien qu'en Forez plus d'une vingtaine de pierres et fontaines.  Mon nom de baptême est le nom de famille le plus répandu en France et je suis fêté le 11 novembre, jour anniversaire de la victoire. Je suis, je suis...
alt

Le IVème siècle de notre ère est considéré comme une période charnière tant sur le plan politique, économique ou religieux. L'empire romain se délite, de nouvelles religions entrent en concurrence avec les anciens cultes...

alt
Les célèbres pierres de saint Martin (Pilat)

L'avènement de l'empereur Constantin marque la fin d'une ère de persécution. Il aide l'église à  prendre son essor en établissant la liberté de culte grâce à  l'édit de Milan. Il place le divin au-dessus de son rôle d'empereur qui était jusque-là  sacralisé. Il est également à  l'origine de la construction des plus anciennes églises romaines et de Constantinople. Grâce à  ses réformes il redonne, momentanément, son prestige à  l'empire. Cette embellie est de courte durée et n'empêchera pas l'éclatement de la puissance qui domina le monde connu pendant plus de quatre siècles.
alt

Dans cette période troublée, creuset d'idées nouvelles, un homme, un soldat, abandonne les anciens cultes, l'armée romaine, sa famille, pour se tourner vers la nouvelle religion. Ce personnage, considéré comme l'évangélisateur des Gaules, est né en Pannonie (Hongrie).  Soldat dans l'armée romaine, il donne la moitié de sa chlamyde à  un pauvre devant les portes d'Amiens. La nuit suivante, le Christ lui apparaît en songe revêtu de la moitié de la chlamyde. C'est la naissance d'un des plus illustres  symboles de la valeur universelle du partage : saint Martin de Tours. Infatigable voyageur, il combat l'hérésie sur tout le territoire, abat les temples, converti les paà¯ens, lutte contre le Diable... Le légendaire regorge de ses exploits et de nombreux écrits retrace sa vie. Le Forez, comme de nombreuses régions, a reçu la visite de saint Martin puisque partout on retrouve son souvenir...

alt

alt

Photos de l'exposition réalisée par le GRAL (Groupe de recherches archéologiques de la Loire) du 12 décembre 2008 au 20 mars 2009 au Musée des Civilisations de Saint-Just-Saint-Rambert