Thursday, July 18, 2024
altAu cours des élections municipales, des candidats avaient sévèrement critiqué le fait que certaines des collections des musées de Saint-Etienne ne soient pas montrées au public. Bernard Ceysson en particulier avait déploré cette situation. Fin 2007, au moment où le Musée d'art moderne fêtait ses 20 ans, un catalogue intitulé "Collections d'art ancien" a paru aux Editions Un, Deux....Quatre. Ses 336 pages et 700 reproductions invitent, pour un prix modique, à  découvrir les sculptures et peintures anciennes qui depuis 1987 sont conservées dans les réserves du MAM. L'ouvrage est superbe, l'intention louable mais le bas blesse. "Cette publication, courageuse, est donc à  double tranchant, note La Tribune de l'Art : en révélant ce qu'elle cache aux yeux du public, Saint-Etienne se place dans une position intenable."

 

Dans une chronique en date du 6 mai 2008, consacrée à  six catalogues de musées français récemment publiés, La Tribune de l'art n'est pas tendre avec Saint-Etienne. Après avoir noté le soin qu'elle met à  les restaurer et à  les publier, elle écrit: " On doit légitimement se poser la question de savoir s'il est normal que des œuvres aussi capitales que L'entrée du Christ à  Jérusalem de Charles Le Brun, Saint Paul et saint Barnabé à  Lystre, une grande toile de Nicolaes Berchem ou Abraham et les anges de Sebastiano Ricci (suivre les liens pour voir les oeuvres, ndlr) soient reléguées en réserve quant elles feraient le bonheur de bien des villes de province qui se consacrent réellement à  leur musée..." Plus loin, l'auteur, Didier Ryknert, écrit encore : " On pourrait citer bien des œuvres anciennes dont la relégation en réserves est inexcusable. Pour le XIXe, la moisson est remarquable d'autant que la plupart des œuvres sont très peu connues." Et de citer les noms de Gustave Courbet, Théodore Géricault, Jean-Baptiste Carpeaux, Rodin ou Barye, d'évoquer des "tableaux importants de l'école lyonnaise", les sculptures du Stéphanois Antonin Moine, l'un des meilleurs sculpteurs romantiques, "et une collection symboliste et Nabis tout à  fait conséquente" (Maurice Denis, Alexandre Séon...).

flantroie.jpg

Hippolyte  Flandrin(1809-1864)
Polytés fils de Priam observant les mouvements des Grecs vers Troie
huile sur toile, 1834
Musée d'Art et d'Industrie de Saint-Etienne

Enfin, l'auteur note, à   propos de l'ouvrage, que "si toutes les œuvres sont répertoriées, moins d'une centaines sur environ 680 font l'objet d'une notice. Certaines toiles importantes en sont curieusement privées (comme un Louis-Léopolde Boilly - dépôt du Louvre, un Otto Marseus van Schriek sur les deux que le musée conserve, quatre grandes toiles d'Alexandre Caminade, un tableau de Philippe-Auguste Hennequin notamment). Ces notices, dues à  des historiens de l'art confirmés, sont en général très complètes mais on regrette l'absence totale d'historique et de bibliographie, incompréhensible pour un catalogue qui formera nécessairement la référence indispensable pour la connaissance de cette collection."

mamart.jpg

Dimensions : 165 x 200
Editeur : Coédition Un, Deux...Quatre Editions
et le Musée d'Art Moderne de Saint-Etienne Métropole
Format : Ouvrage broché
Langue : Français
Nombre de pages : 336
Poids : 0.9
30 euros