Saturday, June 15, 2024

Il parle peu Alex Clérino, et d'une tou-te-pe-ti-te voix. De lui, on appendra seulement que c'est "un vieux pédago à la retraite", un ancien instit et conseiller pédagogique de Saint-Etienne, qui s'est pris d'amour pour l'art et les éclats d'obus.

Tombé en arrêt sur de la mitraille dans un champs de tir du Mont Thabor (Alpes du sud), il entreprend d'en souder le matériau. On pense parfois à Giacometti, pour l'aspect filiforme de certains personnages, mais avec un affleurement du métal bien plus marqué. Certaines de ses sculptures, par exemple "La Tentation" ou "L'arrivée du Grand bouc" sont directement inspirées des oeuvres de Goya dont il dit qu'il n'a "jamais trouvé quelqu'un de plus merveilleux dans sa peinture, notamment dans sa période des Peinture Noires". Pour le cauchemar, le fantastique ? "Plutôt la vie autour de soi", ce qui ne tempère pas l'inquiétude. "Celle-ci par exemple, "Juste avant", juste avant de se casser la gueule." Et ce coq qui va se faire écraser, est-ce encore l'avenir incertain ? "Non, répond le sculpteur, c'est encore autre chose, le coq c'est le cancer". Le coq a survécu, il est venu après la maladie. "C'est pourquoi il se nomme "Non, il ne va pas m'avoir..."

La première expo d'Alex Clérino date de 1992, à l'Hôtel de Ville. Depuis, il se montre peu, de-ci de-là. Au "Mouton à cinq pattes", il expose jusqu'au 21 mars en mettant en contrepoint ses sculptures et les gravures, à la pointe sèche et au burin, qu'elles inspirent, un art appris aux ateliers des MOF.