Saturday, December 05, 2020

Le plus bel exemple de représentation mythologique gréco-romaine est sans conteste celui que l'on peut admirer dans le parc de la Charité. S'y trouve une sculpture représentant Apollon créant Asclépios. Le solaire Apollon, dieu des arts, de l'harmonie et de la guérison, façonne Asclépios (Esculape en latin), dieu de la médecine qui sera foudroyé par Zeus pour avoir ressuscité les morts. L'attribut d'Asclépios est un bâton autour duquel s'enroule un serpent. C'est le caducée médical qu'arborent encore médecins et infirmiers sur le pare-brise de leurs voitures.

 

Mais le caducée est aussi un des attributs d'Hermès (Mercure), sous une forme différente et à ne pas confondre. Hermès est, entre autres, le messager des dieux, le gardien des routes et carrefours (donc le dieu des voyageurs), des commerçants et des... voleurs. Son caducée a la forme d'une baguette de bois entourée de deux serpents entrelacés et surmontée de deux ailes. Symbole du commerce et de l'éloquence, on peut en voir un bel exemple sur un immeuble de la rue du Général Foy. Sur l'immeuble des nouvelles galeries, la tête d'Hermès est facilement identifiable, coiffée du petit chapeau rond ailé, un autre de ses attributs.

Ah... Bacchus (Dyonisos chez les anciens Grecs) ! On le reconnaît rue Sainte-Catherine grâce au thyrse à ses pieds. C'est le bâton surmonté d'une pomme de pin (babet ou beline selon que vous êtes du Stéphanois ou des montagnes du matin). Le dieu de la vigne, du vin et de la folie joue ici avec une panthère, un des animaux qui lui sont associés.

Rue des Deux Amis, Héraclès (ou Hercule) est représenté comme de coutume coiffé de la peau du lion de Némée. Avant de devenir fou, le grand héros avait effectué ses douze travaux. Et le premier d'entre eux consista à tuer le lion qui terrorisait la région de Némée en Grèce.

La République a souvent pris les traits d'Athéna (Minerve). Elle est la déesse de la sagesse et de la guerre, mais dans un sens différent d'Arès, celui-ci symbolisant la brutalité guerrière, la destruction. On la découvre sur la préfecture, casquée et arborant la tête de Méduse. Les yeux de cette créature avaient le pouvoir de pétrifier tout être vivant. Persée la décapita et offrit sa tête à la déesse. La Gorgone, avec sa chevelure de serpents, on la retrouve sur un beau médaillon, rue du Onze novembre.

Lire aussi: sculptures et statues de Saint-Etienne