Thursday, September 24, 2020

Le Château de la Roche rouvrira ses portes le 4 juillet.

L'article qui suit, d'après les éléments communiqués par la Communauté de Communes du Pays entre Loire et Rhône, date de juin 2019.

Une brève histoire du château de la Roche

Transformé en une sorte d' îlot romantique depuis la construction du barrage de Villerest en 1982, il a abrité au fil du temps de nombreuses familles qui s’en sont servi comme poste de guet, point de péage féodal ou comme résidence d’été.

C’est à de modestes vassaux, la première lignée des sires de la Roche, inféodée aux Comtes du Forez, que l’on doit l’édification en surplomb de la Loire, entre 1256 et 1291, de la maison forte constituant le noyau de l'édifice actuel. D’épaisses murailles entouraient alors le rocher. Jusqu’au XIVème siècle, leurs héritiers jouissent d’un fief important par son étendue et ses avoirs (moulin, droit de pêche, vignes…).

Au XVe siècle, la Roche revient à la famille De Vernoilles. Les dépendances territoriales diminuent petit à petit. En 1707, les descendants laissent un bâtiment très délabré et inhabitable. Deux siècles plus tard, l’aspect du château est totalement modifié par la construction d’une énorme digue en granit, remplaçant le pont-levis qui le reliait à la rive droite.

En 1755, le site devient la propriété des La Rivollière. Le marquis Champagny de la Rivollière lui ajoute une aile de style classique. Elle est revendue trente ans plus tard à une famille de bourgeois, les Bouvet, qui connaîtront en ces lieux la crue historique de 1790 qui atteignit le premier étage du logis et causa de graves dommages.

/carte postale ancienne

Durant le XIXème siècle, le château passe à plusieurs familles avant d’être acheté en 1900 par un riche couple d'industriels roannais, Marie-Paul-Emile et Marie-Caroline Roustan, qui le restaure dans le style médiavalo-renaissant tel qu’il se présente aujourd’hui, en rajoutant notamment sur la façade sud des fenêtres à meneaux.

Dans les années 30, le projet de barrage sur la Loire refait surface. Plusieurs centaines d’hectares de terrains sont achetés par la ville de Paris et les occupants du château sont expropriés. EDF reprend le projet à son compte et en fait l’acquisition en 1965. A partir de ce moment, le château, totalement abandonné, va se dégrader et subir plusieurs pillages et crues.

Voué à la destruction avec l’édification du barrage, le château sera sauvé par la mobilisation des riverains, représentée par le Syndicat des Communes Riveraines au barrage de Villerest. En 1993, il devient propriété de la commune de Saint-Priest-la-Roche pour le franc symbolique et est pris en main par une association, « Les Amis du Château de la Roche », qui le rénove et permet son ouverture à la visite guidée en 1996.

En 2007, c’est la Communauté de Communes du Pays entre Loire et Rhône (la COPLER, 16 communes, 13 000 habitants) qui devient gestionnaire du site et y réalise en 2007 le premier aménagement muséographique.

> Lire aussi (2019, nouveaux aménagements)

Photos : FI