Monday, August 10, 2020

L'exposition dont il est question ci-dessous (article du 26 novembre 2018) sera présentée dans le hall de l'hôtel de ville de Saint-Etienne du 16 septembre au 27 septembre.

Les 40 ans de l'AGL

Le 13 décembre 1978 était créée l'Association Généalogique de la Loire (AGL). A l'occasion de ses 40 ans, elle présentait samedi, au carré VIP du Zénith, une exposition consacrée à 40 personnalités du département s'étant distinguées en 14-18.

Destinée à promouvoir la recherche généalogique et faciliter la « réunion des personnes originaires, habitant ou s’intéressant au département de la Loire, afin de favoriser les contacts et les échanges mutuels d’informations généalogiques », elle fut fondée par Jean-Paul Henry et Lucienne Brouchiquan, pour la région de Saint-Etienne, Jean-Paul Monchanin, pour le Roannais, Claude Latta dans le Montbrisonnais et François Cote pour la Vallée du Gier. Présidée à l'origine par Jean-Paul Henry, elle comptait une centaine de membres en 1979, 450 vingt ans plus tard, 600 en 2002 et 973 adhérents aujourd'hui, d'après Henry Juillard, son président depuis 2004. Elle a son siège à Saint-Etienne et dispose de plusieurs antennes : à Feurs, Champdieu, Saint-Chamond... Une nouvelle antenne a vu le jour à Paris, créée avec « Ceux du Roannais » - l'association généalogique de l'arrondissement de Roanne, née au sein de l'AGL et désormais indépendante.

Elle publie les revues périodiques « Forez Généalogie » et « Généalogies Foréziennes ». A titre d'exemple, le 32e numéro de « Forez Généalogie » (2018) était consacré, entre autres, à Charles Rebour, fabricant de rubans, aux architectes Lamaizière, aux députés du Forez en 1789. Au sommaire du dernier « Généalogies Foréziennes » : Denis Escoffier, chocolatier de La Fouillouse, la famille Gonon, photographes de Saint-Chamond, Saint-Etienne et Firminy, etc. Elle a publié d'autres ouvrages, thématiques : un recueil des termes anciens utiles au généalogiste amateur, un relevé des prisonniers à Montbrison de 1832 à 1838, un essai de recensement des militaires de la Loire victimes de la guerre de Crimée, un autre concernant les notaires ayant exercé en Forez sous l'ancien régime...

L'exposition «14-18, personnalités remarquables » n'aura été présentée qu'un après-midi, malheureusement. Chaque panneau retraçait la généalogie sur plusieurs générations et les parcours variés, au front ou à l'arrière, d'hommes et de femmes de la Loire pendant la Grande Guerre. Impossible de tous les citer : Urbain Guinard, médecin ayant accueilli dans sa clinique à Saint-Etienne de nombreux blessés ; les époux Lallemand, préfet et présidente de l'Union des Femmes de France ; Antoinette Meyrand, infirmière native de Roche-la-Molière, « première donneuse de sang en France » ; Germaine Rony, responsable de la Croix-Rouge à Montbrison ; Jean-Baptiste Brunon, secrétaire de mairie à Villars ayant perdu deux fils pendant le conflit... Elle évoquait notamment les « veuves blanches », ces femmes dont le fiancé ne revint pas et qui ne fondèrent pas de famille. Certaines, comme Clotilde Barou, de Chazelles-sur-Lavieu, choisirent d'entrer dans les ordres. Des parcours de combattant et de reconstruction, bien sûr, ainsi celui de Félix Cadier qui revint amputé et qui apprit en dépit de ses mutilations le métier de chirurgien-dentiste. Il exerça à Saint-Etienne jusqu'à son décès en 1947...

> Le site internet de l'AGL et « Ceux du Roannais »

La liste des personnalités dans cet autre article (10 octobre 2018)