Monday, October 26, 2020
La cinémathèque de Saint-Etienne trouve son origine dans l'Office du cinéma scolaire et éducateur, autrement nommé Filmathèque pédagogique de Saint-Etienne et de la Loire.
On peut faire remonter l'enseignement scolaire par le cinéma à  l'année 1921. Ses débuts furent modestes: une trentaine de films et une demi-douzaine d'appareils. Mais grâce à  l'aide de divers groupements, associations et particuliers (amicales laïques, instituteurs, sou des écoles...), il fallut presque aussitôt créer un service dédié pour assurer l'entretien des appareils, conserver les films et les faire circuler.
 
Il voit le jour en 1922 grâce à  l'inspecteur d'Académie Henri Matte et Alfred Vernay, premier adjoint au maire de Saint-Etienne, en charge de l'Instruction Publique. Dès octobre de cette année, la ville de Saint-Etienne faisait un gros effort financier en pourvoyant d'une installation cinématographique tous ses établissements scolaires, c'est à  dire 54 écoles primaires publiques, garçons et filles, écoles primaires supérieures, écoles pratiques, lycées, etc., soit 75 établissements. Cette Filmathèque, aménagée dans une des salles de l'hôtel de ville, alimentait en 1927, au niveau départemental,  200 appareils scolaires.

Eugène Reboul, à  l'époque son directeur, écrivait dans L'Illustration économique et financière de la Loire (1927): " Toutes les écoles du chef-lieu et de nombreuses écoles du département ont régulièrement et fréquemment leurs leçons filmées sur tous les sujets: géographie, voyages, histoire, sciences, histoire naturelle, leçons de choses,  études de professions, visites d'ateliers..."

La municipalité de Saint-Etienne organisa, de 1924 à  1926, des matinées cinématographiques scolaires hebdomadaires, auxquelles étaient conviés 3000 élèves à  la fois, qui se réunissaient dans la grande salle de la Bourse du Travail. Ces matinées furent ensuite remplacées par des séances dans les patronages de chaque quartier.

Dans son Dictionnaire historique du Cinéma à  Saint-Etienne, Frédéric Zarch souligne qu'en 1928, la Filmathèque expédiait des films dans huit départements. En 1930, son fonds compte 1014 films, et 2100 en 1938. Cette année, l'Office s'installe au 7 rue de La Bourse (de la Résistance de nos jours).

"1952, écrit l'auteur, représente une année charnière de l'histoire de l'Office. Son nouveau statut, même si la municipalisation ne sera effective qu'en 1971, confère à  son activité les caractères d'une véritable cinémathèque moderne au-delà  de ceux d'un service de cinématographie scolaire."


La cinémathèque s'est installée à Tarentaize en 1993. Son directeur est Gérard Vial, depuis plus de 30 ans.