Monday, September 21, 2020
L'exposition est présentée actuellement dans la salle héraldique de la Diana. Réalisée notamment avec l'aide de Vincent Guichard, directeur du centre européen de Bibracte, du musée de Roanne et celui de Feurs, elle relance le cycle des expositions à  thème archéologique à  la Diana, abandonné du fait de la disparition de Robert Périchon en 1999 et d'autres bénévoles actifs au sein de la vénérable société.


Elle passe en revue l'histoire de l'Europe centrale et occidentale de l'âge de fer dont le territoire de la Loire actuelle compris alors dans un espace appelé « cité ségusiave ». Son évoquées les principales découvertes dans notre département, en particulier celle en 2010 de la tombe aristocratique de Saint-Laurent-la-Conche datant du Ier siècle av. J.-C. Elle aborde l'avènement de l'archéologie en France et l'histoire de la Diana en évoquant quatre de ses membres qui ont chacun marqué leur époque et apporté une large contribution à  l'évolution de cette science :
Henri Delporte et la valorisation archéologique,
Robert Périchon : archéologie et pédagogie,
Joseph Déchelette et l'archéologie moderne,
Vincent Durand, le « druide » d'Ailleux.

Robert Périchon, tout en ayant travaillé dans l'industrie textile roannaise, s'est passionné pour l'archéologie. Il mena de nombreuses fouilles de 1966 à  1982, essentiellement à  Roanne et à  Aulnat (63). Il s'intéressa au mont Beuvray, à  l'oppidum de Joeuvre... Il renouvela la présentation du musée archéologique de la Diana (1995) et organisa de nombreux stages et colloques. Grâce à  lui, les collections furent plus connues et mieux montrées au public. C'est encore à  son initiative que fut acquise l'église de la Commanderie de Saint-Jean-des-Prés à  Montbrison...


La civilisation gauloise, ou les Gaulois tels qu'ils se livrent, est évoquée à  travers six thèmes:
- Cadres de vie et techniques
- L'oppidum : vers une « ville » celtique ?
- Les échanges : une société ouverte ?
- La symbolique : expression et particularisme
- Guerre, religion et politique
- La rencontre des cultures (celte et romaine).
Sites dans notre département datés de la période Hallstatt (du VIIIe au Ve siècle environ avant J.-C.) figurant dans la Carte archéologique de la Gaule établie par Marie-Odile Lavendhomme en 1997: Chambéon, Cleppé, Chalain-le-Comtal, Mornand, Notre-Dame-de-Boisset, Parigny, Perreux, Poncins, Saint-Jean-Saint-Maurice, Saint-Vincent-de-Boisset.

Et pour la Tène (du Ve siècle à  l'ère chrétienne): Ambierle, Feurs, Précieux, Roanne (les plus anciens), Montverdun, Périgneux (Suc de la Violette)... Les plus récents, datés de la Tène finale, sont ceux de Chambles (Essalois), Saint-Marcel-de-Félines (le Crêt-Châtelard) et Saint-Jean-Saint-Maurice (Joeuvre). Ce sont les trois oppida majeurs de la Loire occupés pendant une longue période, juste avant et après la Conquête.

En regard des panneaux, la Diana fait découvrir quelques objets choisis parmi les plus significatifs de cette époque (outils, armes, céramiques, monnaies…). Le musée Déchelette (Roanne) a confié deux copies des figurines si caractéristiques : le cheval et le sanglier de Joeuvre. Enfin, Germain Collombet, doctorant en Histoire contemporaine, présente en quatre tableaux l'histoire de la récupération des Gaulois par les politiques et plus tard les pédagogues.

Jusqu'au 15 novembre
9 rue Florimond Robertet à  Montbrison (à  côté de la collégiale)

photos et cartographie/dr