Thursday, January 27, 2022

Henri Tournayre est décédé en janvier dernier, à  l'âge de 91 ans, sans avoir pu assister à  l'exposition, prévue au Musée du vieux Saint-Etienne, d'une partie de sa donation à  l'association "Histoire et Patrimoine de Saint-Etienne". Cette donation est riche d'une dizaine d'oeuvres (statuaire et bustes en plâtre originaux) réalisées par son père, le sculpteur Emile Tournayre, et nombre d'oeuvres picturales de lui-même (80 huiles, 250 aquarelles...), documents graphiques sur son travail à  la Direction Départementale de l'Equipement de la Loire, et souvenirs divers.

Cette première grande rétrospective, jusqu'au 13 décembre, sera déclinée en trois parties: les sculptures d'Emile Tournayre, les peintures, dessins et croquis d'Henri Tournayre, et son activité de dessinateur à  la DDE.

 

A Emile Tournayre (1875, Montpezat en Ardèche - 1951, Saint-Etienne), notre ville doit le buste de Jean Jaurès, le monument d'Antoine Durafour, place Anatole France (en photo), et le monument à  la mémoire du 102e Régiment d'infanterie territoriale (place Louis Comte). Il avait son atelier place Garibaldi, au Soleil. Il y accueillit Jean Cardot. Il fut détruit lors du bombardement de mai 1944. Il a aussi réalisé plusieurs monuments aux morts, à  Sury-le-Comtal, Saint-Jean-Bonnefonds, La Talaudière, etc. Son fils, né et décédé à  Saint-Etienne (1923 - 2014), fut essentiellement un peintre. A Paris, formé à  l'Ecole des Beaux-arts, il fréquente en particulier l'atelier de Jean Dupas et concourt plusieurs fois au prix de Rome. Il revint à  Saint-Etienne en 1960. En 1974, il entre à  la DDE au Groupe d'Etudes et de Programmation, où il resta jusqu'à  sa retraite en 1988.

 

 

L'association a édité un numéro spécial de sa revue consacré aux deux hommes, avec biographies et catalogue de leurs oeuvres (56 pages). On y lit aussi une interview de Jean-Paul Rahon, qui a connu Henri Tournayre à  la DDE. Chargé des questions de transports à  EPURES et au Groupe d'Etudes et de Programmation (à  l'époque, le chef de ce service de la DDE était aussi directeur d'EPURES), Jean-Paul Rahon évoque en particulier le projet Delta V. C'était dans les années 1970 - 1980, un des projets futuristes de transports urbains stéphanois (Télébus et autres téléphériques), destiné pour sa part à  rejoindre, depuis Bizillon, le nouveau quartier, perché, de la Cotonne. Henri Tournayre avait conservé de nombreux dessins de ce projet.