Monday, July 22, 2024

L'exposition "Circulez ! Petite histoire des moyens de locomotion stéphanois" avait été présentée en 2011 - 2012. Ce fut l'occasion de (re)découvrir les moyens de transports, des plus classiques aux plus insolites.

L' exposition se poursuit sur la toile sur le site des archives municipales. Chacun peut y redécouvrir des documents, photographies, des plans et la chronologie géante.

> Circulez

(article du 13 janvier 2012) Tunnel du Crêt-de-Roc, automoteur aérien...: des projets insolites

A l'aide notamment d'une chronologie géante, c'était une petite exposition présentée aux Archives municipales, sur les modes de transport utilisés par les Stéphanois depuis le premier service public de voitures à  chevaux, en 1751, faisant la liaison entre Saint-Etienne, Lyon et Le Puy. L'automobile y a sa place évidemment mais aussi les transports en commun (trams, trains, bus), le cycle et les aménagements pour les piétons. Le public est invité, dans le jardin, à  découvrir trois projets classés sans suite.

Le plus ancien était né dès 1882 de l'imagination d'un ingénieur des Ponts-et-Chaussées. Lefort proposait de réaliser un tunnel entre la place Jean Jaurès (Marengo à  l'époque) et la gare de Châteaucreux. Le Conseil municipal vota en 1905 le principe du percement du tunnel du Crêt de Roch (long de 500 mètres) mais deux ans plus tard le projet, jugé trop risqué, au coût aléatoire, était abandonné.

Les deux autres projets datent des années 70. Le plus connu est sans doute celui du télébus de Jean Guimbal, un ancien professeur de l'Ecole des Mines. Une ligne fut expérimentée plusieurs années, sur 200 mètres, à  la Plaine Achille, jusqu'en 1983. Les cabines du télébus, suspendues à  la façon d' un téléphérique, ou se mouvant sur rail, propulsées par électromagnétisme, auraient pu transporter jusqu'à  50 passagers. Une ligne expérimentale fut envisagée, longue de plus d'un km, reliant La Cotonne et d'autres desservant notamment Montreynaud. Soutenu dans un premier temps par la municipalité, le projet fut finalement abandonné. 

Le 3e projet enfin, envisagé en 1970 par la société Neyrpic, consistait en un "automoteur aérien" qui aurait relié l'hôtel de ville à  la fac de la Métare en survolant Villeboeuf et Beaulieu.  

Beaucoup moins spectaculaire, il n'en demeure pas moins atypique. Et celui-là  a le mérite d'exister. On veut parler de l'ascenseur du Crêt-de-Roc, mis en service en novembre 1983 et qui s'élève à  35 mètres de hauteur. Sa réalisation aura nécessité 100 tonnes de béton pour les fondations, 400 tonnes pour la tour.