Thursday, September 24, 2020

Cette exposition de  kakemonos et gouaches sur toile de l'artiste Shingai Tanaka (depuis décédé) a été présentée en 2006.

Le vernissage s'est déroulé en présence du maître de calligraphie japonaise qui a offert une longue démonstration de son art, illustrant généreusement vis à  vis d'un public en partie néophyte, l'un des enseignements qu'il prodigue à  ses élèves : « Le Sho est don, personne ne peut le dérober, il jaillit de l'artiste miraculeusement. »

La boutique de la famille Chomette, "Au bon coin", à  l'angle des rues du Jeu de l'Arc et de la République, a habillé des générations de Stéphanois. Depuis 1902, elle s'était spécialisée dans la confection, la bonneterie et la lingerie mais s'était tournée très tôt vers le prêt-à -porter haut de gamme et, parallèlement, à  une offre à  destination d'une garde-robe quotidienne. Elle cherchait à  proposer à  sa clientèle des collections du dernier chic parisien, de la plus audacieuse mode Riviera. La boutique ferma ses portes en 2003 et c'est le Musée du textile de Cholet, au " pays du mouchoir rouge ", qui se porta acquéreur de centaines de vêtements et accessoires en parfait état de conservation.

Les Berthéas présentent les oeuvres récentes et toujours agitées de Didier Chamizo, peintures et dessins, dans leur galerie « Les Tournesols Contemporain Art Gallery ». Sa dernière venue date de 1998, l'année de la Coupe du monde et de la fresque du « joueur déglingué », alias « Planète foot », peinte par l'artiste à  la Terrasse.

Sur le site internet Pol'Art Noir, on peut lire encore le rêve de Jean-Louis Nogaro : " Comme beaucoup d'autres écrivains-artisans, c’est de voir un jour un de mes textes sous la forme d'un objet livre". Mission accomplie pour cet "artisan", instituteur de son état, qui peut désormais ranger dans sa bibliothèque son premier polar couché sur le papier, entre un Izzo et un Daeninckx.