Monday, March 01, 2021

A l'image de ce qui avait été offert en 2014 dans les Monts du Forez pour l'anniversaire de la libération de Saint-Etienne, l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre de la Loire proposait le 19 mai un parcours mémoriel dans le Pilat. Cette balade gratuite en autocar était organisée avec l'Amicale Résistance Gier (ARG) que préside Michelle Destour. Avec Gérard Georgeon elle formait le duo principal de commentateurs au gré des haltes jalonnant ce parcours qui s'acheva par un remerciement au président de l'ONACVG 42, sur le départ. Ce fut, de Planfoy à La Grand'Croix, en passant par Bourg-Argental, Loire-sur-Rhône, …, une évocation des maquis, des combats menés à l'été 44 par la Résistance contre l'occupant en retraite - des soldats placés dans un climat d'insécurité - et les exactions commises par celui-ci et ses auxilliaires de la Milice, etc.

Quelques repères (le circuit n'a pas suivi la chronologie pour des raisons évidentes): 6 juin 1944, débarquement en Normandie. 19 juin 44 : chute de la « République d'Annonay » en Ardèche, 15 août 44 : débarquement en Provence, 21 août 44 : libération de Saint-Etienne. 3 septembre : libération de Lyon.

Eclectique et cosmopolite, avec du théâtre, du classique, de la danse, de l'humour... elle débutera le 4 juillet avec « De sueur et d'encre », une première en France des Québécois de Barcode Circus Company. Ce spectacle de cirque, qui a l'air très prometteur, est organisé en partenariat avec le Festival des 7 collines. Au fil de la saison, d'autres spectacles seront proposés en partenariat avec Atout Monde, qui organise le festival « La Rue des Artistes », Les Amis des Orgues de Saint-Pierre, le Festival des Arts Burlesques et le Rhino Jazz(s) Festival.

Le Graveyard Fest revient le 31 août à Riorges dans la salle du Grand Marais. C'est la 2e édition de ce festival dédié au metal, organisé par l'association roannaise « Happy Coffins ». Le premier avait réuni, un 14 juillet, The Great Old Ones (bientôt un 4e album), Balance of Terror (venu de Saint Omer), Inner Torture, Skox, The Oath, Mercyless (trente ans d'existence). Brève interview de Sylvain Sadot, son président.

On a beaucoup entendu parler ces derniers jours des commandos marine et plus particulièrement du commando Hubert auquel appartenaient les deux militaires tués en opération et auxquels la nation a rendu hommage ce jour. Les commandos marine sont au nombre de sept. La dernière unité créée, en 2015, s'appelle le commando Ponchardier.

Il porte le nom d'un officier de marine stéphanois, Pierre Ponchardier, résistant pendant l'Occupation avec son frère Dominique et à la tête d'un commando lors de la guerre d'Indochine.

Rappelons que les commandos marine sont les héritiers des commandos Kieffer dont 177 hommes débarquèrent sur les plages normandes le 6 juin 44 – les seuls Français à avoir débarqué. Parmi eux, un altiligérien qui a vécu à Saint-Etienne : Albert Grail. Ils furent formés au camp du château d'Achnacarry en Écosse. Le commandant de l'unité à laquelle ils appartenaient, la 1st Special Service Brigade, était Lord Lovat, un Ecossais. Ceci expliquant sans doute La marche des soldats de Robert Bruce, la marche écossaise jouée par le bagad de Lann-Bihoué et accompagnant l'arrivée des cercueils dans la cour des Invalides.

Monuments en hommage aux 177 commandos Kieffer et à Lord Lovat, Ouistreham (archives FI)