Thursday, April 02, 2020

Eclectique et cosmopolite, avec du théâtre, du classique, de la danse, de l'humour... elle débutera le 4 juillet avec « De sueur et d'encre », une première en France des Québécois de Barcode Circus Company. Ce spectacle de cirque, qui a l'air très prometteur, est organisé en partenariat avec le Festival des 7 collines. Au fil de la saison, d'autres spectacles seront proposés en partenariat avec Atout Monde, qui organise le festival « La Rue des Artistes », Les Amis des Orgues de Saint-Pierre, le Festival des Arts Burlesques et le Rhino Jazz(s) Festival.

Le Graveyard Fest revient le 31 août à Riorges dans la salle du Grand Marais. C'est la 2e édition de ce festival dédié au metal, organisé par l'association roannaise « Happy Coffins ». Le premier avait réuni, un 14 juillet, The Great Old Ones (bientôt un 4e album), Balance of Terror (venu de Saint Omer), Inner Torture, Skox, The Oath, Mercyless (trente ans d'existence). Brève interview de Sylvain Sadot, son président.

Le 26 mai 1944, dans la matinée, les B-17 américains, bombardiers lourds appartenant à  la cinquième escadre de bombardement de la 15e Armée de l'Air, basée en Italie, larguaient leurs bombes sur Saint-Etienne. Au minimum 1392 bombes d'après les recherches de Marc Swanson, auteur d'un ouvrage sur le sujet en 2005.  Le bombardement dura vingt minutes. Il fit un millier de morts - la ville de Saint-Etienne commanda 970 cercueils - et entre 1500 et 2000 blessés. Huit enseignants et vingt-quatre enfants furent tués dans l'école de Tardy. Le nombre de sinistrés avoisine les 20000. D'après un compte rendu récapitulatif officiel de la Défense Passive, cité par Marc Swanson, 230 bâtiments furent entièrement détruits. Le 6 juin 44, jour du débarquement de Normandie, le Maréchal Pétain était à Saint-Etienne...
 
Les cérémonies commémoratives du bombardement auront lieu le lundi 27 mai à 10h30 à Tardy, 11h15 à Saint-François, place Doron, 15h au Soleil, rue du Monteil, et 18h place Jules Ferry.
 
 
Extrait du discours prononcé en 2014 par le maire de Saint-Etienne:

On a beaucoup entendu parler ces derniers jours des commandos marine et plus particulièrement du commando Hubert auquel appartenaient les deux militaires tués en opération et auxquels la nation a rendu hommage ce jour. Les commandos marine sont au nombre de sept. La dernière unité créée, en 2015, s'appelle le commando Ponchardier.

Il porte le nom d'un officier de marine stéphanois, Pierre Ponchardier, résistant pendant l'Occupation avec son frère Dominique et à la tête d'un commando lors de la guerre d'Indochine.

Rappelons que les commandos marine sont les héritiers des commandos Kieffer dont 177 hommes débarquèrent sur les plages normandes le 6 juin 44 – les seuls Français à avoir débarqué. Parmi eux, un altiligérien qui a vécu à Saint-Etienne : Albert Grail. Ils furent formés au camp du château d'Achnacarry en Écosse. Le commandant de l'unité à laquelle ils appartenaient, la 1st Special Service Brigade, était Lord Lovat, un Ecossais. Ceci expliquant sans doute La marche des soldats de Robert Bruce, la marche écossaise jouée par le bagad de Lann-Bihoué et accompagnant l'arrivée des cercueils dans la cour des Invalides.

Monuments en hommage aux 177 commandos Kieffer et à Lord Lovat, Ouistreham (archives FI)