Thursday, September 24, 2020

Roanne fait partie des premières villes riveraines du fleuve Loire à avoir renoué, en 2011, avec la traditionnelle fête de saint Nicolas, Patron des marins d'eau douce cher au cœur des anciens mariniers.

Ce sera, au port de plaisance, le vendredi 6 décembre à partir de 17h30, la 9e édition, organisée comme de coutume par le Liger club de Roanne, avec le concours du Conseil de quartier des Bords de Loire et l’Association des plaisanciers du port (APPR42).

Saint Nicolas et le Père Fouettard arriveront en bateau à la halte nautique du port au son de la cornemuse. Ensuite, défilé aux lampions jusqu’au kiosque de Roanne-Plage accueilli par le Limonaire de Michel Épinat. L’Amicale des Alsaciens Lorrains (saint Nicolas est tout particulièrement fêté en Alsace et Lorraine) se produira avant la distribution des friandises.

La corporation des Mariniers de Roanne, qui succéda à la compagnie des Marchands fréquentant la Loire, constituée au XIIIe siècle, était une des plus importantes. Elle faisait autorité jusqu’à Orléans. On lui doit, notamment, l’édification en 1630 de la Chapelle Saint Nicolas du Port construite pour protéger de la peste.

Voici une histoire recueillie en son temps par Raoul Toscan, publiée dans un numéro de La Région Illustrée (1931).

Le vœu à saint Nicolas

Les Archives Départementales de la Loire, à Saint-Etienne, exposent quelques-uns de leurs trésors : objets de théâtre, dessins, parchemins, registres, photographies...

Le plus ancien document présenté (qui n'est pas le plus ancien des Archives) est une bulle pontificale du pape Eugène IV datée de 1445 nommant un certain Louis de Gilbertès hôtelier de l'abbaye de La Chaise-Dieu (Haute-Loire). Dans quelles circonstances s'est elle retrouvée dans les archives de l'hôpital de Roanne déposées ensuite aux Archives Départementales ? La pièce la plus récente est une maquette du « Grand Pont », réalisée en 2004 par Alain Parent. C'est la plus volumineuse des maquettes que conservent les Archives. Il y a dans le bâtiment de la rue Barrouin 47, 8 km linéaires d'archives, en comptant les 12 km de l'extension récemment inaugurée.

Le cinéma Le Quai des Arts à Usson-en-Forez projettera le film d'Yves Boisset dimanche 6 octobre à 18h30 dans le cadre d'un week-end spécial "Quand St Etienne rencontre le Haut Forez" (le programme sur son site).
 
__
 
Article publié dans nos pages le 12 avril 2014 sous le titre "Le sheriff et les Stéphanois"
 
C'est le titre d'un article de presse qui s'affiche sur l'écran du Méliès et que les quelques dizaines de spectateurs qui ont pris place dans la salle peuvent lire en attendant de voir ou revoir "Le Juge Fayard dit le sheriff" d'Yves Boisset. Il date de la sortie du film (1977). Il évoque sa première projection dans notre bonne ville et un spectre, celui du S.A.C. - ” le Service d'Action Civique ” - qui avait mis en branle, la Justice aidant, Anastasie aux grands ciseaux (la censure).

Textes et messages postés dans notre forum ; lequel a été dépublié. Ils l'étaient dans deux fils de discussion distincts intitulés "Des histoires douloureuses" et "Des recherches historiques". Il s'agit de demandes d'aide dans le cadre de travaux universitaires, recherches personnelles, projets d'expos ou de livres en lien avec l'histoire locale, de précisions ou corrections à propos de nos articles. Considérant qu'ils peuvent avoir un petit intérêt, nous les avons restaurés pour les sauvegarder sur cette page, dans l'état chronologique où ils furent mis en ligne, du plus ancien au plus récent (ARCHIVES). Pour ceux-ci, les dates ne sont pas précisées. Les plus anciens datent d'une dizaine d'années. Le bouquin virtuel sur la chocolaterie à Saint-Etienne a vu le jour. Mme Bonnemain est décédée...

Les messages les plus récents, en tout début de page, ne figuraient pas dans notre forum puisque nous les avons reçus après la mise en ligne de cette nouvelle version du portail. Nous continuerons ici de publier toutes les sollicitations de ce type. Dans la mesure du possible, nous transmettrons toute info que nous posséderions ou qu'un internaute pourrait nous fournir.

Octobre 2019

Un internaute s'interroge à propos de l'inscription qu'il ne peut déchiffrer en entier gravée sur le « bouclier » de Moïse de l'église de Noirétable. « Ego sum Dominus Deus tuus... » C'est l'une des trois sculptures en pierre noire de Volvic (provenant du monastère de l'Hermitage) au fronton de l'édifice. Les deux autres représentent saint Jean-Baptiste (dominant au centre) et Elie. Il suffit d'une brève recherche sur la toile : « Ego sum Dominus Deus tuus, qui eduxi te de terra Aegypti, de domo servitutis », soit «  Je suis l`Éternel, ton Dieu, qui t`ai fait sortir du pays d`Égypte, de la maison de servitude » (Exode 20:2). Selon toute vraisemblance, il s'agirait donc de la citation introduisant les dix commandements.

Août 2019

Après avoir vu dans une de nos pages une photo des piliers de ce qui fut l'entrée numéro 9 de l'arsenal de Roanne (voir), un lecteur nous écrit qu'il a acheté aux enchères en 2018 le « magnifique portail avec ses grilles latérales » de cette entrée. Ils « étaient entreposés, précise-t-il, derrière la grande chaufferie qui a été finie de détruire au mois de juin 2019 ». Il cherche à entrer en contact avec toute personne possédant des photos ou cartes postales anciennes montrant cette entrée avec portail et/ou grilles.

Mars 2019

Parmi les nombreux messages assez folklos qui nous parviennent, citons celui-ci, avec pour objet "sorbet à la cristille"

" Bonjour,
Pouvez-vous s'il vous plaît nous faire parvenir la fiche technique de la Cristille avec les valeurs nutritionnelles (au moins le taux de sucre) ?"

Si vous connaissez la réponse, n'hésitez pas à vous faire connaître.

> A propos de la cristille de Noirétable

Février 2019

Un internaute recherche les dates précises de l'entrée des Allemands en 40 à Feurs et Montbrison.

Septembre 2018

Dans un vieil article de 2010, consacré à l'aménagement du Valfuret (lire), il est fait mention d'un accident tragique qui serait survenu dans les années 1900. Une lectrice nous apporte des précisions. Cet accident mortel a bien eu lieu, en 1926. La petite fille s'appelait Cécile Fessy. Elle avait 4 ans. « Elle est tombée dans le bassin alors qu'elle était gardée avec ses frères et soeurs par une nounou. Son corps fut retrouvé dans un tuyau de décantation. C'était une des petites soeurs de ma maman.» Un second article en complément, « Souvenirs du Valfuret », avait été publié courant 2011. Nous l'avons malheureusement perdu.

Février 2018

Une dame cherche à connaître le nom de l'auteur d'un poème découvert dans son grenier, datant d'avant 1904 et intitulé « Saint-Etienne ». Voilà le début du texte: "Des bords joyeux, des bords joyeux du Furan noir d'ébène, tu portes au monde entier le ruban le velours.Ville chérie ville chérie Ô Noble Saint-Etienne ...."

Décembre 2017

A propos d'un poème de Camille Lecrique dans « La Kartoffe »