Friday, January 27, 2023

Roanne fait partie des premières villes riveraines du fleuve Loire à avoir renoué, en 2011, avec la traditionnelle fête de saint Nicolas, Patron des anciens mariniers. Initiée et longtemps organisée par le Liger Club de Roanne, elle l'est désormais par le Conseil de quartier bords de Loire. Rendez-vous au port le 6 décembre à partir de 17h30.

La corporation des Mariniers de Roanne, qui succéda à la Compagnie des marchands fréquentant la Loire, constituée au XIIIe siècle, était une des plus importantes. Elle faisait autorité jusqu’à Orléans. On lui doit, notamment, l’édification en 1630 de la Chapelle Saint Nicolas du Port construite pour protéger de la peste.

Voici une histoire recueillie en son temps par Raoul Toscan, publiée dans un numéro de La Région Illustrée (1931):

Un personnage haut en couleur que ce Jules-Henry Onffroy de Thoron (1810 – 1893). Il se trouve que cet aventurier de vieille souche normande repose dans le Forez à Chalain-le-Comtal. Sa tombe est dans le cimetière municipal. Nous empruntons ces rares éléments biographiques à une publication du Père Alain-Roland Forissier dans le bulletin de la société La Diana (1999).

Les photos de sa tombe nous ont été communiquées par Isabelle Rivolier, de l'atelier d'art thérapie analytique "Plaine'itude" à Chalain. Nous la remercions vivement.

« En 1979, un pari un peu fou était lancé : faire de Saint-Etienne un grand lieu populaire d'échanges cinématographiques, de rencontres tous azimuths (sic) entre la création et le public, un lieu d'accueil et d'expression pour le cinéma français, pour ses auteurs et leurs amis, en quête d'une véritable reconnaissance...» Ce sont les mots du maire du Saint-Etienne, Joseph Sanguedolce, en 1983 dans le catalogue des Cinquièmes Rencontres Cinématographiques de Saint-Etienne, organisées du 15 janvier au 15 février. Le maire communiste, par ailleurs président du Conseil d'administration de cette grande manifestation, concluait son propos en souhaitant « longue vie aux Rencontres ».

Nom: De Rostaing. Just, c'est son prénom, n'est-ce pas. Les Archives Départementales de la Loire avaient évoqué en 2012 cette grande figure forézienne méconnue, un personnage haut en couleur, noble et militaire qui a siégé avec le Tiers Etat aux Etats généraux de 1789 tout en étant, semble-t-il, partisan d'une monarchie constitutionnelle. Il fut aussi, sinon un héros, auquel cas très discret, tout du moins un combattant de la Guerre d'indépendance américaine, aux côtés du très célèbre La Fayette. Cette petite notice emprunte aux Archives.

Just de Rostaing naît à Veauchette en 1740, fils aîné de Jean-François de Rostaing et de Marie-Françoise Rivoire de La Tourette.