• Le docteur Raoul-Duval

    Le docteur Raoul-Duval

    En juin 1961, le Centre départemental de transfusion sanguine de Saint-Etienne (que l'on nomme aujourd'hui Maison du don du sang, de l'Etablissement français du sang, à Châteaucreux) reçut le nom de son fondateur, le docteur Philippe Raoul-Duval, décédé un an plus tôt. Au cours d'une cérémonie, plusieurs personnalités lui rendirent un vibrant hommage.

    Lire la suite
  • L'inénarrable Théodore Ogier

    L'inénarrable Théodore Ogier

    Le Breton est fidèle, têtu et parle peu. Le Corse a le sens de l'honneur et de l'hospitalité et le Provençal est sociable et volubile. Le Parisien a une tête de chien quant au Berrichon, nous dit George Sand, il faut le voir danser la bourrée pour cerner son caractère car « il est tout entier dans cette danse ». Mais être Forézien ?

    Lire la suite
  • Bombardement de juin 1940, la Luftwaffe coupable

    Bombardement de juin 1940, la Luftwaffe coupable

    Depuis des décennies, une interrogation demeure à  propos du bombardement aérien qui frappa le Forez le 18 juin 1940. Qui est responsable, l'aviation italienne ou l'aviation allemande ? M. Manevy nous apporte quelques éléments de réponse. Pour ce passionné d'aviation, il ne fait aucun doute que c'est bien la Luftwaffe qui a commis l'attaque.

    Article publié en 2007, refait et augmenté en 2017 (lire en bas de page)

    Lire la suite
  • Guillaume Roquille (1804-1860)

    Guillaume Roquille (1804-1860)

    Le visiteur qui découvre Rive-de-Gier serait surpris d'apprendre que la place qui s'étend devant la Mairie a remplacé, en 1957, le vaste bassin du Canal acheminant vers Givors le charbon du Jarez et du Forez. Un canal et un bassin dont il ne reste trace, sinon sur les cartes postales d'antan. Et si, remontant vers la sortie Ouest, en empruntant peut-être la rue Roquille, notre visiteur découvre un modeste et émouvant chevalement, ultime témoignage pieusement conservé, il sera encore surpris d'apprendre que Rive-de-Gier fut une grande cité d'extraction houillère. Mais comment notre visiteur pourrait-il deviner que ce nom de Roquille, entrevu au coin d'une rue, et qui ne lui évoque sans doute rien, est directement associé à  ce canal et à  ces mines.
    Lire la suite
  • Le pasteur Comte

    Le pasteur Comte

    enfantsmtte.jpg Le plateau du Vivarais-Lignon, à une heure de route de Saint-Etienne et de Valence, a toujours été une terre d'hospitalité. Peuplé en majorité de Protestants depuis le XVIe siècle, il a vécu au XVIIIe les heures sombres de la Contre-Réforme et subi, à l'instar du pays cévenol, les exactions des Dragons du Roi Soleil. Ce drame, qui s'est inscrit durablement dans la mémoire collective des habitants, n'a pourtant pas élagué chez leurs descendants les principaux préceptes bibliques. C'est ainsi chez les "parpaillots" que les prêtres réfractaires persécutés à l'ère révolutionnaire ont pu trouver refuge, en concordance avec les paroles de l'arbre de vie, les Béatitudes du "Sermont sur la Montagne" et les injonctions du Livre d'Isaie: " Partage ton pain avec celui qui a faim, Et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile..."

    Lire la suite
  • Petite histoire de la cathédrale Saint-Charles

    Petite histoire de la cathédrale Saint-Charles

    Juillet 1826, la Duchesse d'Angoulême, fille ainée du roi Louis XVI, nièce de Charles X, est en visite à  Saint-Etienne où elle examine les travaux commencés pour la construction de la première ligne de chemin de fer Saint-Etienne-Andrézieux. Les élus locaux lui demandent d'intercéder auprès de son oncle, le roi Charles X, afin d'établir une nouvelle paroisse car la ville s'étend toujours plus et la population s'accroît... Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4